Freefly - Freefly : Maxence Cavalade vise le record de France avant le record du monde

·3 min de lecture

Une soixantaine de parachutistes vont s'élancer cette semaine dans les airs à Brienne-le-Château, dans l'Aube, pour battre le record de France de Freefly. Sportif professionnel et collectionneur de records, le Français Maxence Cavalade s'entraîne pour cet exploit depuis plusieurs années. Professeur de judo, moniteur de plongée sous-marine, amoureux des sports de glisse et recordman de speedriding, Maxence Cavalade a plus d'un tour dans son sac. Ce passionné de sports en tout genre repousse constamment ses limites. «Je suis autant un homme des airs que de l'eau. J'aime tout simplement la glisse et les sports environnementaux, dit extrêmes.» lire aussi Freefly - Grégory Crozier : « On enchaîne jusqu'à douze sauts par jour » En 2003, Maxence Cavalade découvre un autre sport qui le fait vibrer : le parachutisme. Simple loisir pendant plusieurs années, la discipline prend rapidement plus de place dans sa vie. Il passe en 2009 un diplôme de moniteur de parachutisme et d'initiateur de freefly. Discipline artistique méconnue du parachutisme, le freefly consiste à réaliser en l'air une figure prédéterminée au sol, avec un maximum de personnes accrochées volant tête en bas. Régulièrement, des tentatives de records sont organisées en France et partout de le monde.

S'élancer dans l'aventure du record du monde de Freefly, programmé à Chicago en 2022, a germé dans la tête de Maxence Cavalade suite à une rencontre avec un autre passionné de parachutisme en 2018. « L'idée d'y aller ensemble est rapidement venue sur le tapis, donc je me suis dit pourquoi pas ! » Là-bas, les meilleurs parachutistes du monde seront réunis pour réaliser une grande figure collective et battre le précédent record de 2015, qui est de 164 personnes. Pour être présent à Chicago, il faudra que Maxence Cavalade gagne se place parmi la délégation européenne de freeflyers. Battre le record de France Pour s'envoler à Chicago en 2022, faire mieux que le précédent record de France de 2014 (de 48 parachutistes) est une étape indispensable. Les freeflyers sélectionnés par la Fédération française de parachutisme ont donc ce défi à relever cette semaine à Brienne-le-Château, dans l'Aube. Au programme : une journée d'entraînement le lundi, puis, une tentative de record jusqu'à vendredi. Transportés par quatre avions, les 60 parachutistes s'élanceront dans les airs et tenteront de réaliser une figure tête en bas, mains dans les mains. « Réaliser ce record à plus de 60 parachutistes, c'est du travail. » Selon la météo, ils auront l'opportunité de tenter le saut à plusieurs reprises. Si la performance réussie est validée par les juges, le nouveau record de France de Freefly sera ainsi établi. Mais la tâche n'est pas si aisée et requiert une réelle préparation en amont. « Réaliser ce record à plus de 60 parachutistes, c'est du travail, confirme Maxence Cavalade. Il y a une inertie à avoir, beaucoup de briefings. Il faut aussi qu'il y ait une cohésion dans le groupe et beaucoup d'entraînements.» Préparation physique et mentale Maxence Cavalade a dû se plier à un entraînement rigoureux pour réussir les deux records à venir. Le sportif soigne son alimentation, apprend à gérer son exposition à l'altitude et voit un coach pour se préparer mentalement au saut. Il travaille également à l'amélioration de sa technique de vol en simulation de chute libre indoor, dans une soufflerie. «Lorsqu'on réalise des sauts de groupe, il faut être rapide et précis tous ensemble, précise-t-il. Ça ne se construit pas en un seul saut.» Depuis 2019, plusieurs entraînements de groupe sont effectués. Ils permettent aux parachutistes d'améliorer leur technique collective, un autre détail « non négligeable » dans la réalisation du record. « On en a déjà fait sept tous ensemble. On se retrouve sur des entraînements qui sont organisés, pour perfectionner nos placements. Dans une formation, il y a beaucoup de postes différents, qui ont chacun leur spécificité technique», précise Maxence Cavalade avant d'ajouter, sourires aux lèvres : «Mais ce qui est le plus important ici c'est le record, pas la performance individuelle.»

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles