Fulgence Ouedraogo (Montpellier) : « Une défaite au goût de très belle victoire »

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Les joueurs de Montpellier étaient évidemment ravis d'éliminer les Harlequins (33-20, 26-40 à l'aller) après avoir beaucoup souffert dans un huitième de finale retour « suffocant » dixit Fulgence Ouedraogo.

Fulgence Ouedraogo, troisième ligne de Montpellier : « C'est une défaite au goût de très belle victoire. Quatorze points d'avance au coup d'envoi, on savait que c'était peu. Ils étaient capables d'enflammer la rencontre et de marquer beaucoup de points. On s'est accroché tout le match et on a toujours collé au score. Sur cette séquence défensive à l'heure de jeu, on a eu du mal à comprendre toutes ces mêlées. J'ai attendu 18 ans (de carrière pro) pour voir un talonneur prendre un carton jaune en mêlée fermée, il va falloir que l'on m'explique mais il y a un début à tout... (rires)

lire aussi

/

Montpellier qualifié de justesse en quarts

L'équipe a fait front et on s'en sort bien avec une belle défense à la fin. Ces vingt dernières minutes étaient suffocantes. La pression était énorme, mais le scénario nous a souri. On est passé par toutes les émotions : ils marquent le dernier essai on est abattu, (Marcus Smith) rate la transformation et on reprend espoir... Derrière, il y a cette séquence dans leur camp puis l'interception de Geoffrey Doumayrou... Certaines choses nous ont souri aujourd'hui, mais je pense qu'on est récompensé sur les deux matchs. La transformation manquée de Marcus Smith ? Ça arrive... Ça arrive même aux meilleurs. »

Yvan Reilhac, centre de Montpellier : « J'avoue que quand il (Marcus Smith) rate la transformation (à la 77e), je ne comprends pas trop... Le public crie avant, je pensais donc qu'elle passait, mais non... elle ne passe pas. On sait tout de suite qu'il nous reste donc un point d'avance, on se dit qu'on reste devant pour le moment et qu'il reste trois minutes derrière le coup d'envoi pour bien finir le match. C'est un match qu'on commence mal mais on revient et ça nous sourit à la fin. Sur le premier essai des Harlequins, je crois que c'est de ma faute. Ça peut me sortir du match mais j'ai la chance de marquer derrière. Et je pense que ne pas prendre d'essai sur la répétition de mêlées (à partir de la 60e), ça nous fait du bien. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles