Le futur de Renault dépend du règlement et des Accords Concorde

Emmanuel Touzot

Le grand changement de règlement qui se profile en 2021 sera accompagné d'une renégociation des Accords Concorde, avec comme point central des discussions la redistribution des revenus aux équipes. Pour , cette révolution sportive, technique et financière devra cadrer avec les aspirations de la marque en Formule 1 afin qu'elle décide de prolonger l'aventure. Le directeur de l'équipe, Cyril Abiteboul, juge que Renault peut grandement profiter de ces changements, et veut convaincre la direction du groupe français de continuer après 2020.

"Je pense que nous sommes les bénéficiaires principaux des accords et du règlement pour 2021", a déclaré le Français à Motorsport.com. "Je ne peux pas dire qu'ils ont été faits pour nous, mais ça va clairement dans notre sens. De mon point de vue, tout ce que nous avons fait l'a été avec 2021 à l'esprit, et tout le monde est conscient de ça, ce qui inclut le groupe Renault. Les chiffres parlent d'eux-mêmes. Ceci dit, tant qu'une décision n'est pas prise, elle ne l'est pas."

Lire aussi :

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Abiteboul : "Je ne suis pas près de m'en aller"

Le constructeur va donc prendre le temps de confirmer son engagement en Formule 1 pour la prochaine ère sportive et technique de la discipline, mais Abiteboul rappelle qu'il est impératif pour l'équipe qui en défend les couleurs de pouvoir continuer à évoluer, et donc de conserver la confiance des dirigeants pour mettre en place un programme viable en vue de l'arrivée du nouveau règlement.

"Je pense qu'il y a deux courants parallèles. D'un côté, il y a ce que l'équipe est prête à faire avec la FIA et la FOM. Il y a beaucoup de discussions au sujet des documents eux-mêmes. Nous avons vu des centaines de pages de contrat, et ça prend du temps. Et il y a aussi le besoin de devoir continuer à avancer et à progresser en termes de performance, en parallèle."

Le directeur de l'équipe française rappelle aussi que la marque a changé de directeur général, Thierry Bolloré ayant été remplacé par Clotilde Delbos, mais celle-ci occupe un poste intérimaire et pourrait rapidement être remplacée par Luca de Meo, ancien directeur de Seat. Une décision qui aura une influence sur l'avenir du Losange en F1 : "Renault conçoit sa propre stratégie et ses propres plans. Nous avons encore un management intérimaire et nous sommes en contact quotidiennement avec ce management. Les deux se joueront en parallèle, et j'espère que ça ira dans le bon sens. De mon point de vue, [la décision] sera pour le premier semestre [2020]."

Propos recueillis par Adam Cooper  

À lire aussi