Gérald Baticle (Angers) se pose en « protecteur du groupe » avant le match à Nice

Gérald Baticle monte au front pour protéger son groupe de certaines « informations erronées » propagées en interne. (R. Perrocheau/L'Équipe)

Cinq jours après avoir déploré « des critiques en interne », l'entraîneur du SCO Gérald Baticle en a remis une couche, ce vendredi en conférence de presse, à deux jours du déplacement à Nice, dans le cadre de la 8e journée de Ligue 1.

« Dans un club, il faut être unis et soudés. Il y a une grande partie des salariés qui sont derrière nous, et une petite partie que je n'arrive peut-être pas à fédérer », avait publiquement déploré Gérald Baticle, dimanche dernier, après le premier succès de la saison du SCO (19e de L1) face à Montpellier (2-1). Une pique à peine voilée adressée, sans le nommer, au directeur du centre de formation Abdel Bouhazama, soupçonné de lui savonner la planche.

Vérifiant le précepte que la meilleure défense, c'est l'attaque, le coach scoïste, qui a vu le président Saïd Chabane pour parler « des événements médiatiques de la semaine », a persisté et signé, ce vendredi, en conférence de presse d'avant-match, à deux jours du déplacement à Nice dans le cadre de la 8e journée de Ligue 1.

Des « fausses informations » comme déclencheur

Il y a dix jours, s'attelant à ce que son groupe retrouve de la confiance avant la réception de Montpellier pour mettre fin à une spirale de quatre défaites consécutives, Baticle avait mis sur pied « un travail par petits groupes » inédit. « Ils se sont ensuite réunis collectivement pour me rendre un travail », précise le technicien, louant « l'implication totale et remarquable » de ses joueurs.

« Mais ce travail a été mal perçu, mal jugé, et des informations erronées ont circulé dans le club. En tant que protecteur du groupe, je ne peux pas laisser dire n'importe quoi. Les jugements négatifs qui ont été faits sur ce travail pouvaient déstabiliser ou perturber mon groupe. Et ça, je ne l'accepte pas, je lutte contre, insiste Baticle. Et si ça devait se reproduire, je protégerais toujours mon groupe et le travail fourni. Quand ça me revient aux oreilles par une personne du club très attachée au SCO, qui a toute ma confiance, ça m'alerte. »

lire aussi

Baticle, Benalla, Bouhazama, la tension monte à Angers

Se refusant à « citer des noms », il soutient que sa sortie de dimanche dernier, face à la presse, visait à « ramener tout le monde dans le droit chemin, pour faire comprendre que c'est important et capital qu'on tire tous dans le même sens. C'est mon rôle de faire passer les messages. Je me sens dans mon rôle d'exiger que, dans le club, tout le monde soit derrière nous, qu'il y ait une énergie à l'unisson. »

Après l'arrivée de Benalla au recrutement, Baticle attend « des actes »

Baticle est aussi revenu sur la nomination du conseiller sportif Jalal Benalla décidée, mardi, par le président Saïd Chabane pour étoffer la cellule recrutement du SCO. « Je suis toujours content quand le président crée un poste qui, en plus, touche au sportif », affiche l'entraîneur. Avant de faire un parallèle avec le poste de Team Manager, dont il avait demandé la création au sein du staff l'an passé ; un poste confié à l'intersaison à Mehdi Bahaj, responsable du futsal au SCO.

Le coach angevin estime qu'elle a été « bénéfique pour le SCO. (Avec) Mehdi, on s'est bien calés sur les tâches qui lui sont imparties, sur ce que j'attends de lui. Ça roule, ça amène un vrai plus aux joueurs, à l'équipe et à notre fonctionnement. » Non consulté avant l'arrivée de Benalla, Baticle estime qu'apporter une ressource supplémentaire au recrutement « ne peut qu'être positif ». Du moins sur le papier... « Après, ce seront les actes qui justifieront cette création de poste et le bienfait de cette annonce, ajoute-t-il. Il faut concrétiser par de la performance chacun dans son domaine. »

Saïd Chabane : « Tout est réglé »

Après les propos de son entraîneur, le président du SCO Saïd Chabane s'est évertué à siffler la fin de la récré en fin de journée, via un message à la presse : « Angers SCO est composé de personnalités fortes qui peuvent parfois diverger ponctuellement sur tel ou tel sujet, écrit le dirigeant. Il n'y a donc rien d'inédit ou d'extraordinaire. Dans l'entretien qu'il vous a accordé (ce vendredi 16 septembre en conférence de presse), M. Baticle vous confirme que tout est réglé (*) et je confirme, à mon tour, que tout est réglé ».

« Cela me réjouit car mon rôle consiste à veiller à la sérénité du groupe et je sais que mes équipes font tout pour que nous avancions tous dans la même direction, poursuit-il. Nous devons impérativement rester concentrés sur nos prochaines échéances sportives et je suis convaincu que chaque membre du club est conscient des enjeux et oeuvre dans l'intérêt du club. Soyez certains que notre groupe est non seulement soudé mais surtout déterminé à mettre les joueurs dans les meilleures conditions afin que ceux-ci atteignent les objectifs sportifs. »
(*) À la question de savoir si le problème était réglé, Baticle avait répondu : « Oui mais je resterai dans mon rôle et je l'ai toujours été. [...] Je me sens en responsabilité de donner à mes joueurs la bonne direction à suivre et de les protéger. »