Gaël Fickou (Racing 92) après la victoire contre les Harlequins : « Celui qui est content de ce match n'a rien à faire dans l'équipe »

Gaël Fickou, pris par la défense des Harlequins. (A. Mounic/L'Équipe)

Le capitaine du Racing 92, Gaël Fickou, n'était pas du tout satisfait de la performance de son équipe, victorieuse des Harlequins dans les derniers instants dimanche après avoir longtemps mené au score (30-29), lors de la 3e journée de Coupe des champions.

Gaël Fickou (capitaine du Racing 92, vainqueur des Harlequins dimanche en Coupe des champions 30-29) : « Il y a de la frustration, de la déception. On devait faire mieux mais on n'a pas su concrétiser nos meilleures actions. On les a beaucoup mis en difficulté. Il y a eu de l'imprécision, de l'indiscipline et des problèmes en conquête aussi. Malgré ça, on arrive à gagne. C'est assez frustrant. Ce soir, ce n'était pas une grande équipe des Harlequins. On leur a donné des occasions de revenir dans le match.

Soit on se remobilise et on va au Leinster avec beaucoup d'envie, soit on baisse la tête et on va en prendre 40 comme ils savent le faire tous les week-ends. À nous de nous remobiliser et de nous remettre en question comme chaque week-end. J'ai l'impression de me répéter. Il va falloir relever la tête à un moment donné sinon on ne passera pas. Et c'est qu'on ne méritera pas de passer.

Le contenu est assez frustrant, on avait l'objectif de faire mieux. Celui qui est content de ce match n'a rien à faire dans l'équipe. C'est qu'il n'est pas ambitieux. Je ne peux pas être content de ce match. Le seul point positif, c'est qu'on a mis fin à cette série sans victoire (depuis le 4 décembre). On doit tuer le match. C'est dur d'expliquer les raisons de ces fluctuations. Il y a des erreurs individuelles, collectives. La conquête a été en difficulté. On a été trop pénalisé, c'est certain. Si ce soir les Harlequins avaient gagné, on n'aurait pas pu crier au scandale. Ils ont fait un match engagé, ils ont eu des occasions et ils ont su les mettre au fond.

Maintenant, on va bien se préparer pour le match du Leinster. C'est une équipe carrée, ils préparent tous les matches de la même façon. Ils veulent pulvériser tout le monde, rouler sur tout le monde et ils vont se préparer avec beaucoup d'envie pour essayer de nous humilier, et ils ont raison de le faire. Ça ne va pas être simple parce que c'est une très grande équipe. C'est peut-être la meilleure équipe à l'heure actuelle, en tout cas la plus en forme. À nous de relever ce défi, de tout donner à 200 %. Il faudra tout changer par rapport au match aller (défaite 42-10 au Havre), où on avait été catastrophique. On ne peut pas faire pire. »

Laurent Travers (entraîneur du Racing 92) : « Il y a un peu de déception parce qu'on a l'opportunité de gagner avec le bonus. Notre priorité était de gagner le match. Ils avaient mis leur grosse équipe, il était important de répondre présent. Au match aller (défaite 14-10), ça s'était joué à pile ou face. Ce soir (dimanche), on a laissé passer des occasions.

Le côté positif, c'est l'état d'esprit affiché par l'équipe. On est contents par rapport à la victoire, mais déçus par rapport au contenu. À 12 contre 15, les joueurs auraient pu lâcher. À travers ça, on peut construire. Cet état d'esprit, on l'a.

On va aller chez le Leinster, qui n'a pas perdu un match cette saison, mais c'est un bon match. On va essayer de répondre présent. On va bien récupérer. On a un jour de moins que l'équipe adverse. Il faudra y aller avec énormément de fraîcheur. Je vous garantis qu'on fera en sorte de répondre présent et de ne pas galvauder cette compétition. »

lire aussi : Le Racing 92 s'impose au finish devant les Harlequins en Coupe des champions

Camille Chat (talonneur du Racing 92) : « C'était très intense. Mais on ne peut pas se contenter de ça. On fait beaucoup de fautes de main, on prend beaucoup de pénalités. Le match est devenu compliqué. L'objectif était d'abord de gagner mais on ne peut pas être contents de nous. Face au Leinster, on a juste à faire un gros match de rugby, à s'envoyer. Il faudra revoir la discipline, la mêlée. Si on arrive à rectifier ça, ce sera déjà pas mal. »