Gaëtan Barlot avant la finale Castres-Montpellier : « C'est une expérience unique »

Gaëtan Barlot après la victoire contre Toulouse et la qualification en finale de Top 14. (A. Mounic/L'Équipe)

Lors de la dernière conférence de presse avant la finale du Top 14 vendredi face à Montpellier (20h45), les Castrais Gaëtan Barlot, Mathieu Babillot et Thomas Combezou se sont montrés détendus. Ils disent vouloir profiter de ce match et rejettent le statut de favori sur Montpellier.

Il y a une semaine, à la veille de la première demi-finale du Top 14, on avait senti les joueurs castrais, présents en conférence de presse, timides, et répondant de manière assez brève et sèche aux questions des journalistes. Changement de ton et de visage jeudi après-midi. Mathieu Babillot, le capitaine, Thomas Combezou, le centre, et Gaëtan Barlot, le jeune talonneur, avaient le sourire et la mine détendue.

Les deux premiers ont joué à chifoumi pour déterminer qui répondrait à une question sur l'absence de Rory Kockott... Peut-être qu'ils ont l'impression d'avoir fait le plus dur en sortant Toulouse (24-18) et en se qualifiant pour la finale. Depuis mercredi, ils sont à Saclay (Essonne), loin du Stade de France, au calme, avec une belle table de ping-pong, des terrains de pétanque, et Gérard Cholley, l'emblématique pilier, qui a été invité par le président Pierre-Yves Revol, à participer à la préparation finale. Il était d'ailleurs, sur le banc, pour le dernier entraînement des Tarnais.

lire aussi

La conférence de presse de Castres en vidéo

Thomas Combezou

« On n'est pas favori. C'est eux. Il suffit de regarder leur saison, leur parcours en Coupe d'Europe et cette profondeur de banc. Clairement, ils ont eu une longueur d'avance sur nous »

« On est bien à Saclay, affirme Babillot, on arrive à évacuer, il n'y a pas trop de stress, on essaye de profiter du moment. » Inexpérimenté à ce niveau, Gaëtan Barlot ne va rien rater de ces heures exceptionnelles : « C'est une expérience unique, c'est quelque chose de beau, t'en prends plein les yeux. Ça récompense dix mois de travail. » Vainqueurs vendredi d'un beau combat contre les Toulousains, les joueurs de Pierre-Henry Broncan ont pu correctement récupérer. « On a eu le temps de se régénérer », assure Combezou. Avec un avantage de 24 heures sur Montpellier. « Je ne sais pas si ça va compter, estime Babillot. Quand tu gagnes, tu récupères plus vite, les petits bleus, tu les caches. Et l'infirmerie se vide. » Alors que les Montpellierains tentent de pousser les Castrais sur la plus haute marche des favoris, Thomas Combezou martèle : « On n'est pas favori. C'est eux... Il suffit de regarder leur saison, leur parcours en Coupe d'Europe avec ce quart de finale à Montpellier, et cette profondeur de banc. Clairement, ils ont eu une longueur d'avance sur nous. »

Deux équipes qui reviennent de loin

Une chose est certaine, les deux équipes reviennent de loin et se sont inspirées de ce qu'elles ont vécu la saison passée pour grandir. Pour ceux qui auraient oublié qu'en sport, tout va très vite, Castres et Montpellier jouaient le maintien la saison passée. « On a retrouvé notre mentalité, raconte le capitaine, on s'est retrouvé sur nos valeurs, on a su bien bosser, le groupe s'est étoffé avec des joueurs revanchards de Pro D2, ou universitaires... » Une manière de féliciter Pierre-Henry Broncan, le manager et recruteur... Ce n'est pas lui qui est venu en conférence de presse, mais David Darricarrère, son associé, l'homme à la barbe qui ressemble de plus en plus au mythique milieu de terrain irlandais de Manchester United, Roy Keane... Comme les joueurs, il est apparu détendu. Comme Broncan, il a parfaitement fait comprendre à l'assistance l'importance du club dans la vie des Castrais. « Cette semaine, j'ai parlé avec les commerçants, et ils m'ont tous dit que les gens n'étaient pas pareils depuis la victoire contre Toulouse. Ils ont tous la banane. »

L'auront-ils encore ce vendredi, à 23 heures ? Pour David Darricarrère, la présence dans l'effectif de joueurs qui ont déjà soulevé le Brennus n'est pas anodine : « Ils vont parler plus que d'habitude, plus de minutie, dialoguer avec les autres, en aparté. Ça rassure, ça conforte, ça montre le chemin. C'est important de les avoir... »

lire aussi

Retour sur les précédents Castres-Montpellier, ce classique de la phase finale

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles