Gabriel Tual 6e de la finale du 800 m aux Mondiaux de Eugene

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Gabriel Tual a pris la 6e place en finale du 800 m. (F. Faugère/L'Équipe)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le Français Gabriel Tual a pris la 6e place, en 1'45"49, d'une finale remportée par le Kenyan Emmanuel Korir en 1'43"71. L'Algérien Djamel Sedjati s'empare de l'argent avec 1'44"14 et le Canadien Marco Arop est 3e en 1'44"28.

Après sa septième place aux JO de Tokyo, l'an passé, le Français Gabriel Tual a gagné une place en finissant sixième de la finale du 800 m des Championnats du monde d'Eugene, dans la nuit de samedi à dimanche.

Tual termine en 1'45''49 dans une finale remportée par le champion olympique en titre Emmanuel Korir en 1'43"71. L'Algérien Djamel Sedjati s'empare de l'argent avec 1'44"14 et le Canadien Marco Arop est 3e en 1'44"28.

Dans une finale indécise sur le plan tactique vu les caractéristiques des participants, le Français avait pourtant parfaitement mené sa barque. Bien parti, il se plaçait idéalement, peu avant la cloche (passage en 52''), dans la foulée du Canadien Marco Arop, qui avait besoin de partir de loin.

lire aussi

Gabriel Tual de nouveau présent au rendez-vous d'une finale du 800 m

À la bagarre pour garder sa place à la corde, Tual voyait les Kenyans Wanyonyi et Korir lui faire l'extérieur, le tassant quelque peu à l'entrée du dernier virage. Toujours dans le coup pour le podium (4e) à l'entame de la dernière ligne droite, il voyait la meute, dont l'Algérien Sedjati (futur 2e) le dépasser, le laissant avec un rictus de souffrance jusqu'à la ligne.

« C'est frustrant parce que j'étais venu chercher mieux mais sur cette course, ce n'était pas possible, lâchait-il. Jusqu'aux 720 m je suis dans le coup mais après c'est la dégringolade. Ça n'arrêtait pas de passer. C'est comme ça, j'ai tenté. Aujourd'hui je n'ai pas de regrets à avoir, c'est frustrant. La médaille n'était pas loin mais elle n'est toujours pas autour du cou. »

lire aussi

Toute l'actualité des Mondiaux

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles