Galtier, les peintres et le nombril

SO FOOT

Au stade Gaston-Gérard, le vestiaire des visiteurs est accolé à la salle de presse, où les entraîneurs viennent déverser la bonne parole après les matchs. En général, les bruits qui s'en échappent sont des cris de joie après une victoire, ou ceux d'une sono qui crache des décibels. Dimanche, Christophe Galtier a gueulé à lui tout seul plus fort qu'une armée de braillards en short. Le mur séparant le vestiaire de la salle de presse a beau être épais, les premiers journalistes arrivés sur place n'en ont pas perdu une miette. Il suffisait juste de s'asseoir pour entendre " Galette " dire tout le mal qu'il avait pensé de la prestation de ses joueurs, une nouvelle fois battus à l'extérieur par une équipe en lutte pour le maintien.

La troisième plus mauvaise formation de Ligue 1 à l'extérieur

Le LOSC s'était déjà incliné à Amiens (1-0) et Toulouse (2-1) avant ce nouveau raté à…

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com


À lire aussi