Gilles Beyer, accusé de viol par Sarah Abitbol, est mort

Gilles Beyer est mort. (F. Pestellini/Panoramic)

L'ancien patineur et entraîneur Gilles Beyer est décédé jeudi à 66 ans. Accusé de viol par Sarah Abitbol, il avait été mis en examen pour « agressions sexuelles » et « harcèlement sexuel », puis placé sous contrôle judiciaire en janvier 2021.

Gilles Beyer est décédé ce jeudi. Il avait 66 ans et souffrait depuis des années d'un cancer. Cet ancien patineur, qui fut champion de France en 1978, année où il enregistra ses meilleurs résultats sur la scène internationale (10e aux Championnats d'Europe, 15e aux Mondiaux), était ensuite devenu entraîneur, et même manager de l'équipe de France.

Mais il reste surtout l'homme qu'une de ses plus prestigieuses élèves, Sarah Abitbol, médaillée européenne et mondiale en couple avec Stéphane Bernadis, avait accusé de viol en 2020 dans son livre « Un si long silence », alors qu'elle n'avait que 15 ans. Pour autant, elle n'avait pas porté plainte après ces révélations, les faits présumés étant prescrits.

Beyer avait reconnu des relations intimes avec Abitbol

Écarté très vite de son poste de directeur du patinage artistique au club parisien des Français-Volants, Gilles Beyer avait fini par concéder dans une déclaration écrite envoyée à l'Agence France Presse : « Je reconnais avoir eu des relations intimes avec elle. Si mes souvenirs sur leurs circonstances exactes diffèrent des siens, j'ai conscience que, compte tenu de mes fonctions et de son âge à l'époque, ces relations étaient en tout état de cause inappropriées. »

Dans la foulée, d'autres femmes s'étaient signalées. Après une enquête de la Brigade de protection des mineurs, Gilles Beyer avait été mis en examen pour « agressions sexuelles » et « harcèlement sexuel », puis placé sous contrôle judiciaire en 2021. Déjà suspecté de comportements déplacés lorsqu'il s'occupait de Laetitia Hubert, qu'il a entraînée pendant près de dix ans et mena notamment au titre mondial junior en 1992, le technicien avait déjà fait l'objet d'une enquête administrative au début des années 2000 pour des gestes tendancieux. L'homme avait été marié à deux entraîneures de patinage, Annick Dumont en 1978, puis Katia Krier, la mère de son fils, qui l'avait quitté en 2001.

lire aussi : Toute l'actualité du patinage