Gilles Moretton, président de la FFT : « Les Français ne sont pas loin d'une 2e semaine en Grand Chelem »

Gilles Moretton, président de la Fédération française de tennis. (A. Mounic/L'Équipe)

Gilles Moretton, président de la FFT, est optimiste pour la suite du tournoi de Caroline Garcia et veut croire que les joueurs français réussiront vite à franchir des tours supplémentaires en Grand Chelem.

« Avez-vous le sentiment qu'après avoir été menée une manche à rien par Laura Siegemund, Caroline Garcia a ressenti un immense soulagement à la fin (1-6, 6-3, 6-3) ?
C'est bien de gagner quand on ne joue pas bien, et qu'en plus l'adversaire a un jeu emmerdant. Caroline n'avait pas une grande confiance, au début. On l'attend, bien sûr, et, en amont, on entendait parler de match facile, mais au troisième tour en Grand Chelem, il n'y a plus de match facile. Jamais. Siegemund n'était pas là par hasard, et elle faisait des bons choix.

Les solutions trouvées par la numéro un française vous laissent quelle impression ?
Sa force, ces temps-ci, c'est qu'elle est capable d'élever le niveau de son jeu et de faire des services incroyables dans les grands moments. Dans les deux derniers sets, elle a su jouer un peu moins vite. Je pense que ce qu'elle a réussi ce (samedi) soir, c'est fort. Et, finalement, c'est un bon match. Il y a aussi un environnement sain autour d'elle et c'est prometteur.

En entrant sur le court samedi soir, elle était déjà la dernière représentante du tennis français...
Oui mais on n'est pas souvent en deuxième semaine, depuis quelque temps. En étant tête de série n°4, Caroline est à sa place, mais je pense qu'elle ne prend pas cette pression-là, celle du classement. Elle était tendue parce que c'était un match piège. Elle a pu bénéficier du soutien d'un groupe de supporters français très actif qui a mis de l'ambiance, et je pense que ça l'a réellement aidée. En plus le public australien a suivi...

lire aussi : Le tableau messieurs de l'Open d'Australie

On en revient à son statut de dernière Bleue. Dans le simple messieurs domine le sentiment que les Français ne peuvent pas vraiment faire plus pour l'instant, non ?
Non, il ne faut pas dire ça. Benjamin Bonzi, ce n'est que sa deuxième année sur le circuit. Il a 26 ans mais il est tout jeune, en fait. Je crois que, physiquement il était touché sur ce match, et puis De Minaur est assez extraordinaire sur les jambes, il joue vraiment bien et vaut mieux que son classement. Et puis Holger Rune, bah, c'est Rune !

Ugo Humbert, je suis amoureux de son jeu. Il faut juste qu'il travaille encore physiquement, qu'il regagne en confiance. Il doit aussi préparer son plan B, il doit travailler sa défense. Rune a commencé par la défense et puis il a placé l'attaque derrière. Quand on voit les qualités des jeux de défense à ce niveau-là, on se dit que ça doit être un axe pour nos joueurs.

...qui restent loin d'atteindre la deuxième semaine en Grand Chelem.
Franchement, ils ne sont pas loin. Le top 5, c'est une autre planète, mais derrière, tout le monde peut y arriver. Ils l'ont dans la raquette. La deuxième semaine, et même pourquoi pas le top 10 ? Après, c'est une question de confiance. »