Gilles Simon s'offre Taylor Fritz au Rolex Paris Masters, la retraite attendra

Gilles Simon n'en finit plus de surprendre. (P. Lahalle/L'Équipe)

Après Andy Murray au premier tour, Gilles Simon a écarté Taylor Fritz (tête de série n°9), mercredi, au deuxième tour du Rolex Paris Masters en trois sets (7-5, 5-7, 6-4) et 3h05 de jeu. Le Français de 37 ans, qui dispute le dernier tournoi de sa carrière, affrontera jeudi Félix Auger-Aliassime au prochain tour.

À 20h45, il y avait toujours une grande foule aux abords de l'Accor Arena qui patientait sans pouvoir rentrer dans le complexe pour la session de soirée. L'organisation du Masters 1000 parisien n'était pourtant pas en cause. Non, le responsable était simplement Gilles Simon qui repoussait encore une fois ses adieux au métier tout autant que ses limites physiques. Après un marathon de 3h05, le futur retraité s'est offert le scalp de Taylor Fritz (11e) qui doit encore se demander ce qui lui est arrivé.


lire aussi

Le film du match Fritz-Simon

Dans le premier set, on a la réponse. Avec seulement 38 % de premiers services, l'Américain s'est présenté à Simon sans son arme principale et l'a laissé s'installer dans l'échange. Or le Français n'aime rien tant que ça. Et même s'il a dû sauver trois balles de set alors que Fritz menait 5-4, c'est bien lui qui a fini plus fort. Le deuxième set a été sensiblement la copie du premier, avec un échange de break au début et deux joueurs qui tenaient leur service par la suite. Simon laissait échapper trois balles de break qui lui auraient permis de servir pour le match. Remonté, Fritz breakait dans la foulée pour égaliser à un set partout. Mais on n'était pas encore dans l'épique.


Simon perclus de douleurs

Pour cela, il fallait attendre le dernier set. Le « decider » comme disent nos amis anglophones. Ce set qui allait donc décider, ou non, de l'arrêt de carrière de Gilles Simon. Perclus de douleur, ressentant des pointes au dos, dans la cuisse gauche ou l'épaule droite selon les moments, Simon donnait tout ce qui restait dans ses maigres réserves sur le court. Fritz, lui, en perdait son tennis, se demandant régulièrement comment il avait pu manquer tel ou tel coup. Simon, diable de sparadrap qu'il n'arrivait pas à décoller, y était pour beaucoup, mais son manque de justesse dans de nombreux choix au moment d'attaquer, pesait aussi dans la balance.


lire aussi

Le jour où... - Gilles Simon : « Je me suis dit qu'il fallait faire rater mon adversaire »

À 3-2 Fritz, Simon sauvait au courage trois balles de break. Presque des balles de match, vu son état. À la plus grande satisfaction d'un public qui l'a toujours poussé, Simon breakait au meilleur moment (5-4). Il ne lui restait plus qu'à servir pour le match. Presque une formalité. À 37 ans, Gilles Simon est toujours un joueur de tennis professionnel et il jouera Félix Auger-Aliassime (qu'il vient d'envoyer au Masters en éliminant Fritz) en huitièmes de finale.


lire aussi

Le tableau du Rolex Paris Masters