Giro: après sa victoire d'étape, Paret-Peintre croit plus que jamais en ses chances au général

Il a lancé le compteur tricolore sur ce Tour d'Italie. Et à y regarder de plus près, il n'y avait peut-être personne d'autre que lui pour le faire. Aurélien Paret-Peintre n'a pas caché ses ambitions avant le début de ce Giro 2023. C'est lui qui a "un peu forcé la main" à son équipe pour se voir attribuer le rôle de leader sur la course, persuadé qu'il pouvait briller sur le Grand Tour où il a été révélé aux yeux du grand public (16e en 2020). Dans l'ombre de Thibaut Pinot (Groupama-FDJ) ou Warren Barguil (Arkea-Samsic), il prend désormais toute la lumière.

"Le Giro, mon grand objectif de l'année"

Revanchard après une année 2022 compliquée, marquée par son abandon sur le Tour de France, l'Annemassien tient ce mardi sa plus belle revanche. Son plus beau succès aussi, avec ce sprint brillamment maîtrisé dans le finish de cette 4e étape à Lago Laceno. Il se souviendra longtemps de cette première victoire en World Tour, lui qui expliquera après sa victoire avoir coché ce 9 mai dans son calendrier avant même le départ du Tour d'Italie. "Le Giro est mon grand objectif de l'année, je me suis préparé à fond pour ces trois semaines. Aujourd'hui, c'est une journée de rêve. Je me suis longtemps battu pour être dans l'échappée, je suis super content. C'est magnifique: on est venus pour gagner une étape donc c'est super pour mon équipe."

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Son frère Valentin, 22 ans, ne peut pas dire le contraire: coéquipier au service de son frère chez AG2R Citroën en Italie, il a confié toute sa joie de voir son aîné lever les bras au micro d'Eurosport. "C'est beaucoup d'émotions, c'est beau! On était trois dans l'équipe dans un petit groupe derrière, on s'est écartés et on a regardé tout le final sur l'écran de la voiture numéro deux, en étant à côté."

Dans la cour des grands avec Evenepoel et Roglic?

Déjà vainqueur d'une étape du Tour des Alpes-Maritimes et du Var en début de saison, le grimpeur de 27 ans compte se battre pour les premières places du classement général avec les cadors que sont Remco Evenepoel (Soudal Quick-Step), Primoz Roglic (Jumbo-Visma) ou les deux coureurs Ineos-Grenadiers Geraint Thomas et Tao Geoghegan Hart. Au soir de cette 4e étape, en tout cas, Aurélien Paret-Peintre est devant la majorité d'entre eux. Troisième à deux secondes d'Evenepoel et à trente secondes du maillot rose Andreas Leknessund (DSM), le Français est sur le podium provisoire. Un premier marqueur de sa bonne forme.

Si la fin du Giro est encore loin (28 mai), nul doute qu'il attend avec impatience les étapes de haute montagne pour tester la concurrence et, peut-être, creuser l'écart avec ses adversaires. Le bilan ne se fera qu'à ce moment-là. Mais ce début de course est pour le moins prometteur...

Article original publié sur RMC Sport