Giro - Le parcours du Giro 2022 : étape par étape, dates, villes et profils de la 105e édition du 6 au 29 mai 2022

·9 min de lecture

Le Tour d'Italie 2022 s'élancera de Budapest, départ initialement prévu en 2020 et modifié à cause de la pandémie. Il rejoindra la péninsule après trois jours et laissera les sprinteurs s'exprimer assez largement. Après une présentation feuilletonnée et étalée sur plus d'une semaine, on devine un peu plus précisément le parcours du Giro 2022. Après trois jours en Hongrie, les coureurs retrouveront une nouvelle fois la Sicile (comme l'année passée) et les pentes de l'Etna (comme en 2017 et 2020) puis remonteront vers les Alpes - en passant par les Apennins et une arrivée au sommet du Blockhaus - qu'ils atteindront lors d'étapes articulées autour du dernier jour de repos. Une incursion en Slovénie sera même au programme, tout comme des passages au Mortirolo et au passo Fedaia. Le programme laisse également une part intéressante aux sprinteurs, avec au moins sept arrivées très favorables. Le Giro 2022, étape par étape

Date

Etape

Km

06 mai

01. Budapest - Visegrad

195

07 mai

02. Budapest - Budapest (clm)

9,2

08 mai

03. Kaposvar - Balatonfured

201

09 mai

Sicile (Transfert)

10 mai

04. Avola - Etna

166

11 mai

05. Catane - Messine

172

12 mai

06. Palmi - Scalea

192

13 mai

07. Diamante - Potenza

199

14 mai

08. Naples-Naples

149,5

15 mai

09. Isernia - Blockhaus

187

16 mai

Repos

17 mai

10. Pescara - Jesi

194,5

18 mai

11. Santarcangelo di Romagna - Reggio Emilia

201

19 mai

12. Parme-Gênes

185,5

20 mai

13. San Remo - Coni

157

21 mai

14. Santena - Turin

152,5

22 mai

15. Rivarolo Canavese - Cogne

177

23 mai

Repos

24 mai

16. Salo - Aprica

200

25 mai

17. Ponte di Legno - Lavarone

165

26 mai

18. Borgo Valsugana - Trévise

146

27 mai

19. Marano Lagunare - Sanctuaire de Castelmonte

178

28 mai

20. Belluno - Marmolada (Passo Fedaia)

167

29 mai

21. Vérone-Vérone (?)

?

1re étape (6 mai) : Budapest-Visegrad 195 km. Le premier maillot rose du Giro sera porté par un sprinteur puncheur. Une fois le grand départ donné à Budapest, le peloton découvrira les plaines du nord de la capitale hongroise, passera tout près de la frontière slovaque et rejoindra Visegrad, où la ligne sera tracée au sommet d'une montée de cinq kilomètres à environ 5 % de moyenne, sur une route de plus en plus étroite à l'approche de l'arrivée. 2e étape (7 mai) : Budapest-Budapest (clm) 9,2 km. Premier chrono individuel de l'épreuve, cette 2e étape se terminera par un peu plus d'un kilomètre de faux plat montant. 3e étape (8 mai) : Kaposvar-Balatonfüred 201 km. Cette étape mettra en lumière le lac Balaton, le plus vaste lac d'eau douce d'Europe centrale, située dans une région surnommée « la Provence de Hongrie ». Sur des routes accidentées qui serpentent entre des collines volcaniques dans la première partie de l'étape, le peloton devrait se rassembler dans les 50 derniers kilomètres, sur les bords du lac, et offrir au Giro son premier sprint massif sur une large route toute droite. 4e étape (10 mai) : Avola-Etna 166 km. Après la Hongrie, le peloton du Giro filera en Sicile où il s'attaquera dès la 4e étape à un très gros morceau, le Mont Etna (25,4 km à 5,6 %), qui avait fait de gros dégâts au début de l'édition 2020. L'ascension finale s'achèvera au refuge Sapienza et suivra un itinéraire inédit depuis Ragalna (comme en 2018) avant de bifurquer via Nicolosi (comme en 2011) pour les quatorze derniers kilomètres. 5e étape (11 mai) : Catane-Messine 172 km. Après les trois jours passés en Hongrie, le peloton s'offrira donc une première journée de repos pour filer en Sicile, où l'attendra une très probable 4e étape sur les flancs du Mont Etna. Le lendemain, il restera sur la côte Est de l'île en partant de Catane pour rejoindre Messine en passant par le Portella Mandrazzi (17 km de montée à moins de 5 % de moyenne). Le sommet de cette seule difficulté sera situé à 100 kilomètres de l'arrivée et une arrivée au sprint est extrêmement probable. 6e étape (12 mai) : Palmi-Scalea 192 km. Le peloton quitte la Sicile et débarque au bout de la botte italienne. Nouveau sprint massif attendu malgré un début d'étape accidenté. Le long de la côte tyrrhénienne, les coureurs les plus rapides seront une nouvelle fois récompensés à Scalea, dans la région de Calabre. 7e étape (13 mai) : Diamante-Potenza 199 km. Cette étape, l'une des plus exigeante de ce Giro 2022, imposera aux coureurs 4 490 m de dénivelé positif - le record de cette édition - à travers les monts de Calabre après un départ en bord de mer. 8e étape (14 mai) : Naples-Naples 149 km. Relativement courte mais intense, l'étape napolitaine se terminera par un circuit de 19 km à parcourir cinq fois avant une arrivée en bord de mer où un petit groupe pourrait se disputer le sprint. 9e étape (15 mai) : Isernia-Blockhaus 187 km. Une étape énorme dans les Apennins à la veille de la première journée de repos, marquée par une double ascension jusqu'au Blockhaus. Les cinquante derniers kilomètres seront sans répit. L'ultime montée (13,6 km à 8,4 %), la même qu'en 2017 où Nairo Quintana s'était imposé devant Thibaut Pinot et Tom Dumoulin, sacrera forcément un grand grimpeur. 10e étape (17 mai) : Pescara-Jesi 194 km. Si la première partie de cette longue étape se fait dans une sorte de longue approche plane, la deuxième partie sera sans répit pour les coureurs avec six ascensions, jalonnées de passages très raides. 11e étape (18 mai) : Santarcangelo di Romagna - Reggio Emilia 201 km. Cette onzième étape est la plus longue du Giro 2022, la seule avec la troisième à dépasser le seuil des 200 kilomètres. De Bologne, où avait été donné le départ de l'édition 2019, le peloton ralliera Reggio d'Emilie en passant par les villes affectées par le tremblement de terre d'Émilie-Romagne en 2012. Le tracé sera tout plat, la mission des baroudeurs s'annonce impossible et la victoire promise à un sprinteur. 12e étape (19 mai) : Parme-Gênes 186 km. La longue montée vers le Passo del Bocco ne sera que le prélude à une étape pentue, avec notamment l'inédite ascension du Monte Becco avant de redescendre vers Gênes - sans doute au sein d'un groupe de tête réduit. 13e étape (20 mai) : San Remo - Coni 157 km. Une étape courte (157 km) qui s'élancera de Sanremo et rejoindra, cinquante kilomètres plus tard dans les terres, le Colle di Nava, sans doute situé trop loin de l'arrivée pour empêcher les sprinteurs de contrôler les échappées. Le peloton passera par quelques lieux emblématiques du Giro (le sanctuaire de Vicoforte, Mondovi...) avant de rejoindre la plaine de Cuneo, où un sprinteur devrait lever les bras au bout d'un final ultra-rapide. 14e étape (21 mai) : Santena-Turin 153 km. Très attendue, cette étape proposera 3 500 m de dénivelé positif en seulement 153 km, et où les parties de plat seront extrêmement rares. 15e étape (22 mai) : Rivarolo Canavese - Cogne 177 km. Pas de dénivelé excessif mais trois longues montées exigeantes sur cette étape où 46 des 80 dernières bornes seront en montées. Toutes les difficultés sont réunies dans la seconde moitié de l'étape : Pila-les-Fleurs qui n'était plus apparue sur le Giro depuis 30 ans, Verrogne, déjà grimpée en 2019, et Cogne (22,4 km à 4,3 %) dans le Parc National du Grand-Paradis qui fête ses cent ans. 16e étape (24 mai) : Salo-Aprica 200 km. Une grande étape dans la région de la Valteline avec pour première difficulté le Goletto di Cadino (emprunté pour la dernière fois en 1998, un jour de victoire de Marco Pantani à Montecampione). Suivra ensuite le mythique Mortirolo (12,6 km à 7,6 %), entamé depuis Monno (comme en 2017), qui fera forcément des dégâts mais ne sera pas décisif puisque son sommet sera situé à plus de 70 kilomètres de l'arrivée. La ligne sera tracée à Aprica, 6 kilomètres après le sommet de la montée vers Santa Cristina (13,5 km à 8 %). 17e étape (25 mai) : Ponte di Legno - Lavarone 165 km. Une troisième étape de montagne d'affilée ! Celle-ci se déroulera en deux parties : un départ en montée vers le Passo del Tonale, puis un tronçon de plus de 70 kilomètres en descente. Débutera alors une nouvelle étape avec une série de petites ascensions suivies du col de Vetriolo puis de la montée du Menador, très éprouvante (près de 10 % de moyenne pendant 8 kilomètres) et magnifique avec ses virages serrés en épingle à cheveux et ses tunnels creusés dans la roche. À son sommet, il restera aux coureurs de tête 8 kilomètres vallonnés pour rallier l'arrivée à Lavarone. 18e étape (26 mai) : Borgo Valsugana - Trévise 146 km. La dernière étape pour sprinteurs, courte elle aussi et au terme de laquelle le classement par points sera quasi-figé, s'achèvera à Trévise au bout d'un parcours qui mettra à l'honneur les vignobles du Prosecco et d'un ultime circuit final autour de la cité vénitienne. Du reste, la dernière semaine se déroulera en grande partie dans les Dolomites et mènera a priori le peloton jusqu'à Vérone et non Milan, la ville-arrivée traditionnelle du Giro. 19e étape (27 mai) : Marano Lagunare - Sanctuaire de Castelmonte 178 km. Incursion slovène via le Passo di Tanamea pour ensuite s'attaquer à l'une des ascensions inédites de cette édition, le mont Kolovrat (10 km à près de 10 %). La journée se conclura par une dernière bosse exigeante. 20e étape (28 mai) : Belluno - Marmolada (Passo Fedaia) 167 km. La grande étape des Dolomites et la dernière explication entre favoris, à la veille de l'arrivée finale. Le peloton devra franchir trois énormes cols : le Passo San Pellegrino avec ses nombreux passages à plus de 15 %, le Passo Pordoi (11,8 km à 6,8 %) qui sera le Cima Coppi du Giro 2022 (le point culminant à 2 239 m d'altitude) et enfin le Passo Fedaia (14 km à 7,6 %), une montée éprouvante surtout dans sa seconde moitié (près de 11 % de moyenne dans les 5 derniers kilomètres) que le Tour d'Italie n'a plus emprunté depuis dix ans. 21e étape (29 mai) : Vérone-Vérone (sous réserve d'officialisation) L'ultime étape n'est pas encore officiellement annoncée mais devrait se tenir autour de Vérone, lors d'un ultime chrono individuel, dont le kilométrage demeure la dernière inconnue de ce Giro 2022.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles