Giro: Pinot explique ses intentions avec le maillot bleu de meilleur grimpeur

Après un début de Giro frustrant, Thibaut Pinot s'est fait "plaisir" lundi en endossant le maillot bleu de meilleur grimpeur lors de la troisième étape. Pour le Français, la tunique permet de "remettre un peu de couleur" dans son équipe, même s'il ne compte pas particulièrement la défendre.

"On a eu un début de Giro qui n'était pas spécialement bon. Si ça peut remettre un peu de couleur dans l'équipe, c'est plutôt cool. C'est un petit bonus, ça fait plaisir d'avoir ce maillot pour la première fois, a souligné le grimpeur de Groupama-FDJ. Ça permet de casser un peu la spirale négative après l'accident de Rudy (Molard, vendredi à la veille du départ), le chrono où on espérait un peu mieux et la cassure d'hier."

Le Franc-Comtois pointe à 2:05 du leader Remco Evenepoel au classement général après un prologue moyen samedi et une perte de 19 secondes dans une cassure dimanche. Lundi, il s'est "fait plaisir" en sprintant en haut des deux ascensions de Monticchio et de Valico, à une trentaine de kilomètres du but, pour aller chercher les points de la montagne et succéder à un autre Français, Paul Lapeira, qui portait le maillot bleu lundi.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

L'hymne de l'OM pour Pinot sur le podium, lui le fan du PSG

"C'est parti à la base d'une discussion avec Rudy (Molard) pendant l'étape. La journée était plutôt longue, et puis l'échappée a été reprise. Ça ne m'a pas coûté d'énergie, c'était un effort utile, on va dire", a commenté Pinot, grand fan du PSG, qui a enfilé le maillot distinctif alors que la sono crachait la musique qui accompagne l'entrée des joueurs au Vélodrome de l'Olympique de Marseille.

Pour autant, il ne compte pas forcément défendre son maillot mardi lors d'une étape de moyenne montagne comprenant trois cols à plus de 1.000 mètres d'altitude: "pour l'instant, ce n'est pas un objectif, il faudrait partir dans l'échappée demain et je ne suis pas sûr d'avoir un bon de sortie. Mais peut-être que je changerai d'avis lors de la troisième semaine." Mais, a-t-il ajouté, "les sensations sont bonnes", pour son troisième et dernier Giro, après une quatrième place en 2017 et un abandon en 2018 alors qu'il était troisième, avant de prendre sa retraite en fin de saison, à l'âge de 33 ans.

Article original publié sur RMC Sport