Girondins de Bordeaux : le CNOSF favorable au maintien en Ligue 2

Les Girondins,  rétrogradés administrativement en troisième division, pourraient rebondir en Ligue 2.  - Credit:THIBAUD MORITZ / AFP
Les Girondins, rétrogradés administrativement en troisième division, pourraient rebondir en Ligue 2. - Credit:THIBAUD MORITZ / AFP

Selon une source proche du club, le Comité national olympique et sportif français (CNOSF) a rendu ce lundi 25 juillet un avis favorable au maintien en Ligue 2 des Girondins de Bordeaux. Cette décision doit encore être confirmée par le comité exécutif de la Fédération française de football (FFF). « C'est une décision favorable, on s'en félicite. Le soulagement est évident, mais ce n'est pas fini », a déclaré cette source. La FFF envisage de réunir son « Comex » dès mercredi, a-t-elle indiqué à l'Agence France-Presse.

Si le comité exécutif de la FFF suit l'avis des conciliateurs du CNOSF, Bordeaux, rétrogradé administrativement en troisième division, sera officiellement maintenu en L2 et pourra débuter sa saison samedi contre Valenciennes. En revanche, si le Comex confirme la décision de rétrogradation administrative en National prise par la commission d'appel de la DNCG (le gendarme financier du foot français), le club de Gérard Lopez a déjà annoncé son intention de déposer un référé liberté auprès du tribunal administratif.

À LIRE AUSSI« Le paillasson de la Ligue 1 » : Bordeaux, la chute d'un monument

Dans leurs conclusions, que l'Agence France-Presse a pu consulter, les conciliateurs du CNOSF « observent que l'ensemble des engagements [pris par le club] ont été homologués par le tribunal de commerce de Bordeaux par jugement du 19 juillet 2022 et que le club requérant a pu, lors de l'audience [du jeudi 21 juillet], lever les doutes et interrogations subsistan [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles