Les Girondins de Bordeaux et le rêve américain devenu cauchemar : des fiascos à tous les étages

Hortense Leblanc
·1 min de lecture

Ce jeudi 2 avril, les rêves américains des Girondins de Bordeaux ont définitivement pris fin. Le fonds américain King Street, propriétaire du club, a décidé de se désengager. Dans un communiqué, cette décision est justifiée par les difficultés financières provoquées par la crise sanitaire et la crise des droits TV. Mais ce départ semblait inévitable au regard des différents fiascos rencontrés par le club depuis leur arrivée, en 2018.

• Le fiasco des actionnaires

En novembre 2018, après 19 ans de stabilité avec M6 comme propriétaire, les Girondins de Bordeaux sont vendus à des fonds américains. King Street devient l’actionnaire majoritaire du club, en s’emparant de 86,4% du capital, et General American Capital Partners (GACP) en détient 13,6%. Mais rapidement, les relations se tendent entre les deux camps. Au centre de la discorde : le train de vie du club, dont le déficit se serait aggravé, alors que la masse salariale a augmenté de 11 millions d’euros, et que les dirigeants de GACP feraient passer de nombreuses dépenses personnelles dans des notes de frais.

Finalement, en décembre 2019, King Street décide de racheter les parts de GACP pour se retrouver seul à la barre. Dans un communiqué, le club justifie alors cette opération...

Lire la suite sur France tv sport

A lire aussi