Glisse - Festival - Le festival Jogging met en lumière l'arrivée des sports urbains aux JO

·2 min de lecture

Faire du skate tout en admirant des oeuvres d'art ? C'est le concept que propose le tout nouveau festival Jogging, cette semaine au Carreau du Temple. L'événement parisien met l'accent sur les disciplines urbaines. En 2024, le breakdance rejoindra le skate, déjà présent aux JO 2021 de Tokyo, sur le banc des nouveaux sports intégrés à la compétition. À cette occasion, le lieu culturel parisien le Carreau du Temple (3e arrondissement) a souhaité mettre en place un tout nouvel événement : le festival Jogging. « L'arrivée de ces deux disciplines urbaines aux JO soulève de nombreuses questions, controversées ou non, explique Sandrina Martins, directrice générale du Carreau du Temple et organisatrice du festival Jogging. Avec ce festival, l'idée n'est pas de prendre parti mais de mettre la lumière sur ces deux disciplines et accompagner leur intégration aux JO. » lire aussi Breakdance : sur la route de Paris 2024 Mélanger art et sport Pour sa première édition, le festival Jogging a souhaité explorer l'association des disciplines sportives urbaines et artistiques. « Nous pensons que le croisement art et sport est très intéressant. Ce sont deux mondes peuvent paraître opposés dans un même espace, mais il y a une réelle unité », assure Sandrina Martins. Dans la grande halle du Temple, oeuvres d'art, tables de jeux, performances, expositions et projections se mélangent alors à l'occasion du festival. Derrière un rideau, une petite cabine nommée « vidéo box » projette une série de documentaires autour de la culture skate en Afrique, tous issus du festival de cinéma le Paris Surf Skate & Film Festival. Un peu plus loin, on peut également découvrir une exposition du photographe ghanéen David Ansah. Suspendus le long d'un fil jaune, au centre de la halle du Temple, ses nombreux clichés et portraits illustrent avec beauté la scène skate de l'Afrique de l'Ouest. Tout au long de la semaine, le festival Jogging met également en place de nombreux spectacles, ateliers, et conférences autour des thématiques sportives. Dimanche, la journée a été entièrement dédiée au skateboard. Au programme : découverte de la skate culture en Afrique, installation de modules devant les halles et performances de tricks (N.B. : figures). Le breakdance a aussi eu sa propre journée, lundi, avec des ateliers d'initiations et de découverte ouverts à tous. Un festival inclusif Les Halles du Temple permettent à plusieurs générations de se retrouver autour du festival Jogging le temps de quelques jours. « On accueille beaucoup de jeunes toute l'année, précise la directrice. Ce type d'événement leur permet de s'intéresser au skate ou au breakdance, mais aussi à l'art contemporain. Le festival permet ainsi de casser les frontières, lier les générations et donne l'opportunité à un public très différent de se retrouver dans un même espace. » Florence Cognac, responsable de la communication du Carreau du Temple « C'est important pour nous de faire intervenir des gens spécialistes des questions sociales liées aux sports mis à l'honneur sur le festival » Danseur de breakdance depuis 20 ans, Cédrick Bonnairre est venu ce lundi au festival pour assister à une conférence publique portant sur l'arrivée du skate et du breakdance aux JO. Il explique être content de voir que « le festival témoigne de la dualité qui existe entre ces deux sports et pratiques artistiques », et ajoute que « le breakdance et le skate touchent des mondes très différents, mais soulèvent aussi de nombreuses questions sur l'inclusion et leur place dans la société. » lire aussi Lilou, légende de la breakdance, au sujet des JO : « à nous de faire les bons choix pour que notre culture reste » Parmi les partenaires présents sur le festival, We Ride For Africa a répondu présent. Créée par Sandy Alibo, skateuse et surfeuse vivant au Ghana, l'association témoigne de l'impact qu'ont les sports de glisse sur la société en Afrique et travaille à la mise en place d'infrastructures dans le pays. « C'est important pour nous de faire intervenir des gens spécialistes des questions sociales liées aux sports mis à l'honneur sur le festival, est convaincue Florence Cognac, responsable de la communication du Carreau du Temple. Pour les prochaines éditions, on veut poursuivre cette envie d'inclusivité et continuer à mettre en lumière ces nouvelles disciplines culturelles et sportives. »

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles