Le GMT94, l'équipe "militante" repart en quête de succès

Léna Buffa
motorsport.com

Dès la nuit prochaine, les dérivées de la série entameront leur saison. Trois catégories au sein desquelles le contingent français ne fait pas pâle figure puisqu'ils sont huit à concourir en Supersport 300, qu'en WorldSBK Loris Baz porte haut les couleurs tricolores, et que pas moins de quatre pilotes sont réunis dans la catégorie intermédiaire, le WorldSSP. Deux d'entre eux, , portent un projet assez singulier, car justement profondément orienté vers la France et empreint de valeurs qui dépassent le seul objectif sportif.

Leur team, le GMT94, c'est une équipe pas tout à fait comme les autres, il faut l'admettre, au point que son programme de course est aujourd'hui devenu un véritable projet global, résumé par Christophe Guyot avec une triple orientation : "Les pilotes français, les jeunes et les gens". Inconcevable pour l'équipe ivryenne, qui porte fièrement ses origines à travers le monde tout en restant solidement ancrée dans le Val-de-Marne où elle multiplie les actions sociales et solidaires, d'envisager son engagement sportif, aussi ambitieux soit-il, sans une démarche plus large et fédératrice.

<span class="copyright">Motorsport.com</span>
Motorsport.com
Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Motorsport.com

Pour suivre ce cap, pour donner de la force aux pilotes issus du Championnat de France et "redonner de l'espoir aux jeunes" en leur montrant que des portes peuvent s'ouvrir dans les disciplines mondiales qui les font rêver, la compétition est au cœur du projet, servant de véritable catalyseur. Car le GMT94 n'est pas du genre à se contenter du second plan, l'équipe ayant remporté trois titres mondiaux en Endurance avant de se lancer il y a deux ans dans le défi des courses de vitesse. Avec comme fer de lance un Jules Cluzel toujours aussi affûté et en quête d'un titre qu'il a tant de fois touché du doigt, l'objectif de cette nouvelle saison coule de source.

"Pour moi, 2019 a été très au-delà de toutes nos espérances, et à tous les niveaux. Sur le plan sportif, trois victoires et six podiums, pour une première saison complète, c'est extraordinaire", savoure Christophe Guyot. "Il est évident que maintenant nous nous sentons prêts. Il est évident qu'il s'agit d'aller chercher le titre avec Jules Cluzel et d'accompagner Corentin Perolari jusqu'à ses limites. Nous ignorons où elles sont : peut-être y est-il déjà, peut-être pas. Mais dans la mesure où il a démontré qu'il y avait une progression constante − certes pas suffisante, mais ça s'est vraiment bien passé sur la fin − il doit monter sur le podium. Cependant ce n'est pas une question de podium en soi, c'est l'écart avec le premier qui est important."

Lire aussi :

Redding : Le WorldSBK peut changer ma vie

La page est encore blanche pour 2020, qui commence tout juste, mais l'Histoire du GMT94 ne s'arrêtera pas là, la suite elle aussi est en cours d'écriture. Sociale et généreuse, l’équipe val-de-marnaise n'en est pas moins ambitieuse et l'œil de son patron brille déjà en pensant aux chapitres suivants. "Maintenant il va falloir décoller, ça ne va pas être statique, il va se passer des choses. Il faut que ça se passe vite parce qu'il y a une grosse attente, le projet va donc s'accélérer", promet-il. "Nous sommes en train de construire quelque chose, de mettre des bases. Ce championnat doit être une étape importante pour l'étape d'après, nous devons donc déjà consolider quelque chose de très fort en Championnat du monde Supersport, nous devons être Champions du monde, gagner des courses, faire rêver des jeunes, accueillir des jeunes, et en même temps nous devons préparer demain."

"Le Mondial Supersport ne peut pas être l'aboutissement d'un rêve, c'est l'étape d'un rêve. C'en est déjà un parce que c'est le Championnat du monde, mais dans le sport, et ça n'est pas moi qui l'ai inventé, c'est 'toujours plus haut, toujours plus loin' !" Et pour les projets futurs, la donne ne changera pas, promet Christophe Guyot : "Le schéma incontournable pour notre écurie sera toujours un jeune, un Français. Est-ce que ce sera l'un ou l'autre ou les deux en même temps ? Peu importe, mais les deux critères seront incontournables."

À lire aussi