Golf : les aberrations à grand renfort de pétrodollars

Un nouveau circuit de golf a vu le jour, c’est le LIV Tour. La deuxième étape commence aujourd’hui à Portland, aux Etats-Unis. Ce circuit, c’est une création de l’Arabie Saoudite. On connaissait les aberrations du foot à grands renforts de pétrodollars. Voilà que le monde feutré du golf s’y met. On s’y attendait moins. 

Avant, quand on pensait à la couleur verte au golf, on voyait devant nos yeux de magnifiques greens sur lesquels swinguaient les clubs de gentlemen attachés aux traditions. Désormais, le vert est plutôt la couleur des billets que l’Arabie Saoudite distribue comme des petits pains pour prendre le pouvoir en écrasant les autres au passage. Vous connaissez le soft power ? L’utilisation du sport par des pays qui veulent polir leur image tout en diversifiant leurs sources de revenus. Les pays du Golfe sont maîtres en la matière. Et l’Arabie Saoudite, plus lente que le Qatar au démarrage, a mis un coup d’accélérateur impressionnant ces dernières années. Allez hop, un grand prix de Formule 1, le Dakar, le rachat du club de foot anglais de Newcastle, et maintenant le LIV Tour, donc. Elle a créé de toutes pièces ce circuit de golf pour concurrencer directement le PGA, circuit historique. Et les Saoudiens n’ont pas fait dans la dentelle. Ce ne sont pas les greens qu’ils arrosent, ce sont les golfeurs. Forcément, quand vous offrez à Phil Mickelson, un des grands noms du golf, la bagatelle de 200 millions de dollars pour qu’il participe à la 2ème étape de votre tour tou...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles