Golf - EPGA - David Horsey fait cavalier seul au Saudi Intl'

L'Equipe.fr
·4 min de lecture

David Horsey a pris seul les commandes du Saudi International après le premier tour. L'Anglais signe 61 (-9) et devance d'un coup Stephen Gallacher. Le n°1 mondial Dustin Johnson pointe à -3 tout comme Victor Perez et Antoine Rozner. La carte du jour Elle est l'oeuvre de David Horsey, un solide joueur du Tour européen qu'on attendait pas à pareille fête dans un tournoi aussi relevé. Mais l'Anglais de 35 ans n'a pas regardé autour de lui ce jeudi. Il a même posté neuf birdies sans la moindre bavure sur un parcours du Royal Greens GC (KAEC, Arabie Saoudite). Mieux encore, après un aller solide (-2), Horsey s'est permis le luxe d'un retour de folie : cinq birdies de rang entre le 10 et le 14, auxquels s'ajoutaient deux nouvelles merveilles aux 16 et 17. Le quadruple vainqueur sur le tour européen avait même un potentiel 59 en vue à l'attaque du 18 (par 5). Au final il se contentait d'un par pour prendre la tête du tournoi après ce 61 (-9), record du parcours égalé.

Le pire c'est que cette carte idyllique a surpris son propre auteur : « C'est un vrai choc ! Je jouais tellement mal ces derniers temps, concédait Horsey au recording. Mais j'ai eu une conversation en début de semaine avec un ami qui me connaît bien. Il m'a donné une clé technique qui a l'air de très bien fonctionner ! » lire aussi Tous les scores du Saudi International Seul Stephen Gallacher a tenu le rythme de folie puisque l'Écossais pointe à un coup. Bernd Wiesberger est à -6, seul 3e. Et les cadors, où sont-ils ? Sur la majorité des stars du tournoi partant le matin dans des conditions idéales (chaleur, pas ou peu de vent), seul Bryson DeChambeau s'est vraiment illustré. Le surpuissant Américain au béret fait partie d'un sextet ayant rendu une carte de 65 (-5) pour la 4e place. BDC a concédé deux bogeys au tracé saoudien mais lui a asséné sept coups de boutoir dont trois sur ses six derniers trous du jour (il partait du 10). « J'ai drivé un peu trop dans tous les sens ce jeudi du coup je n'osais plus vraiment m'engager à fond dans mes coups, concédait DeChambeau au recording. Heureusement que mon putting a été à la hauteur. »

Dustin Johnson, le n°1 mondial et vainqueur ici même en 2019, s'est contenté d'un honnête 67 (-3), tout comme Lee Westwood, Ian Poulter ou Tyrrell Hatton pour le 17e rang. Tony Finau, Tommy Fleetwood et Justin Rose pointent à -2. Patrick Reed a tout juste battu le parcours (-1) quand Sergio Garcia joue dans le par. Deux Français dans le rythme Sur les onze tricolores engagés, ils sont six à avoir joué sous le par ce jeudi. Les deux meilleurs ? Antoine Rozner et Victor Perez (17es). Le parisien est rentré le premier au club-house, et malgré un ultime bogey sur le délicat trou n°9, Antoine Rozner était satisfait de son entame de tournoi. Victor Perez lui aussi rendait une carte de 67, mais en bouclant son parcours par un birdie sur le même trou n°9. Le jeu de fers du n°1 Français retrouvait de belles couleurs après quelques semaines en dedans. De quoi envisager la suite du tournoi avec une belle sérénité. Matthieu Pavon n'a concédé que deux points au tracé saoudien contre quatre birdies. Une solide première journée pour le Bordelais qui pointe dans au 31e rang provisoire. Mike Lorenzo Vera rend une carte de 69 (-1) pour la 49e place, tout comme Romain Langasque qui développait un long jeu sans failles, mais avait du mal à trouver la cible putter en mains. La patience est de mise pour le joueur de Cannes-Mougins qui revenait putter et chipper en fin d'après-midi pour affûter ce secteur de jeu. Score identique signé en toute fin de journée pour Joël Stalter. Lui qui est rentré tardivement dans le champ de ce tournoi a su rendre l'une des meilleures cartes d'un après-midi tourmenté par les rafales. Le tout la faveur d'un retour bouclé en 33 coups et d'une sacré bagarre. Julien Guerrier signe une carte dans le par, Benjamin Hébert joue +1, tout comme Alexander Levy et Victor Dubuisson. Raphaël Jacquelin ferme la marche à +6. Le coup du jour Il est pour Phil Mickelson. Après un drive lâché très à gauche du trou n°9 (encore lui !), l'américain trouvait sa balle coincée contre un buisson. Sa chance ? Être gaucher et surtout très créatif. La suite se passe de commentaires.

Pour la petite histoire, Lefty signera 4 sur le trou, il ne faut pas exagérer non plus !