Golf - EPGA - Mike Lorenzo-Vera (3e de la finale du Tour européen) : « Je sais quoi faire pour progresser »

L'Equipe.fr
L’Equipe

Forcément déçu par un titre d'envergure qui lui échappe, Mike Lorenzo-Vera ressort du positif de sa troisième place parmi les cadors du classement mondial. « Quel est votre sentiment au soir de ce dernier tour avec cette 3e place finale ?
Je suis déçu bien sûr... Il (Jon Rahm) ressemble a un marteau et il agit comme tel sur ma tête en début de partie. Son putter m'a mis de sacrés coups dans la figure. Après sept trous, j'étais un peu trop loin. C'était compliqué de subir ce début de partie. D'autant qu'au 8, il sauve un point de nulle part. Il a tout de suite placé la barre très haut. Mais je connais le golf, je savais que ça allait se calmer et que j'aurais des opportunités. J'ai tout fait pour revenir et il m'a un peu aidé avec quelques coups loupés, ici ou là. Finale du Tour européen à Dubaï : le classement final Vous signez un solide 70 pour finir malgré la pression des meilleurs...
J'ai raté quelques coups au mauvais moment et de la mauvaise manière avec une balle qui s'échappe à droite... Je sais quoi faire pour progresser du coup. J'ai par contre gardé la même façon de penser toute la partie, et ça c'est très positif. J'avais mon plan d'attaque et je m'y suis tenu. « Je sais que je rôde autour d'une grande victoire et j'espère que le golf m'offrira ce genre de titre bientôt » Vous sentez-vous pleinement capable de vous imposer dans une épreuve si importante désormais ?
On ne sait pas que l'on est capable de gagner ce genre de grosse épreuve tant que l'on en a pas soulevé le trophée. Je sais que je rôde autour d'une telle victoire et j'espère que le golf m'offrira ce genre de titre bientôt. J'avais tellement de grands champions autour de moi cette semaine, les Rory, Tommy, Jon... Je ne m'attendais pas à autre chose que ce qu'ils ont fait. Je savais que si je postais autour des -20 j'aurais une chance. -17 c'était un peu trop court, c'est aussi simple que ça. Vous tirez quand même du positif d'une telle semaine, rassurez-nous...
Je me savais capable de très bien jouer au golf. Mais cette semaine me prouve que je peux le faire avec les meilleurs autour de moi. Ça, c'est bien. J'ai aussi très bien géré mon état physique, c'était une semaine vraiment complète. J'étais dedans dès le début. À moi de continuer à apprendre et à être de plus en plus à l'aise dans ces situations. 66 Avec cette performance, Mike Lorenzo-Vera devrait grimper aux alentours de la 66e place mondiale. Son meilleur classement en carrière. Vous réalisez votre meilleure saison en carrière, quel regard portez-vous dessus ?
Cette saison a été plutôt agitée, entre la naissance de mon deuxième enfant, le fait que mon coach Justin Parsons s'en aille aux USA en début d'année. C'est pour ça que j'ai changé pour Mike Walker car on ne parvenait plus trop à se voir. Ça fonctionne plutôt très bien avec Mike. Je vais continuer à renforcer mon équipe avec de meilleurs spécialistes et envoyer du lourd l'an prochain. Quel est votre programme désormais ?
Je reprendrai à Abu Dhabi. Et le gros du boulot cet hiver va être de bien me reposer et de me remettre en forme physique. Parce que je suis cuit complet. Même avant ce tournoi j'étais cuit et ça ne peut plus être comme ça. C'est trop compliqué, les mecs jouent trop bien pour se permettre d'arriver un peu fatigué sur de grosses épreuves de ce genre. » Cinq choses à savoir sur Mike Lorenzo-Vera

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi