Golf - EPGA - Qatar Masters : Nicolai Højgaard détonne, Benjamin Hébert 9e

L'Equipe.fr
L’Equipe

Le Danois Nicolai Højgaard signe une carte de 64 (-7) et part seul en tête du Qatar Masters. Benjamin Hébert, premier Français, affiche -4 (9e). Un Højgaard peut en cacher un autre ! Après les performances de Rasmus (victoire au Mauritius Open), son frère jumeau Nicolai (18 ans) est en tête du Qatar Masters à l'issue du premier tour. Une carte de 64 (-7) avec un retour dévastateur : sept birdies dont six d'affilée, un par et un bogey au 18. Les scores du premier tour

Le Danois est suivi de près par Joost Luiten (-6) et une poignée de joueurs à -5, dont l'Italien Lorenzo Gagli, placé en quarantaine la semaine dernière à Oman. Le premier Français n'est pas très loin. Benjamin Hébert rend une carte de 67 (-4) sans bogey et s'installe à la 9e place d'un leaderboard chargé. Belle entrée en matière du triple vainqueur sur le Tour Grégory Havret, qui s'offre un 68 avec cinq birdies. Quatre Français s'installent dans le top 30 : Adrien Saddier (3e dimanche à Oman), Mike Lorenzo Vera, Romain Langasque et Antoine Rozner (-2). Alexander Levy et Matthieu Pavon suivent à -1, devant Victor Dubuisson (par). Clément Sordet et Julien Guerrier pointent à +1, suivis de Robin Sciot-Siegrist (+3). Raphaël Jacquelin, Robin Roussel et Jean-Baptiste Gonnet (+4) ferment la marche.

Pepperell, le compte n'est pas bon L'Anglais Eddie Pepperell a été disqualifié pour avoir signé un mauvais-bon score. Explications de l'intéressé : « Mon total, 71, était le bon et j'ai en effet signé pour ça. Mais mon partenaire m'avait mis un 5 sur un trou où j'avais fait 6, et un 4 sur un autre trou où j'avais fait 3 ». La suite est encore plus cocasse : « Je m'en suis rendu compte et j'ai corrigé la carte. Sauf qu'au lieu de changer le trou n°16 où j'avais fait 3, j'ai modifié le trou n°17... » Disqualification immédiate malgré une longue discussion avec les arbitres. « Les règles sont les règles et je les accepte à 100%, mais je ne peux pas m'empêcher de penser que cette curieuse manière d'être disqualifié est à mille lieux de tout bon sens. » L'an dernier en Turquie, Pepperell avait été disqualifié pour s'être retrouvé à court de balles sur le parcours.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi