Golf - EPGA - Rory McIlroy en tête du DP World Tour Championship

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Rory McIlroy a signé un premier tour canon dans la finale de la Race to Dubai. L'ex n°1 mondial a posté 65 (-7) en ouverture du DP World Tour Championship et s'offre déjà deux coups d'avance. Antoine Rozner et Victor Perez, les deux Français engagés, sont relégués au 45e rang à +2 Rory McIlroy se pose bien moins de questions. Après une période de doutes et de recherches d'un swing qui ne lui ressemblait pas, l'ex n°1 mondial est revenu à ses racines. Depuis cet été, son swing est de nouveau guidé par Michael Bannon son coach de toujours et ça se sent. lire aussi Tous les scores du DP World Tour Championship Ce jeudi à Dubai, Rors a signé un départ canon dans la finale de la Race to Dubai. Le Nord-Irlandais postait cinq birdies et un eagle sur les huit premiers trous du Earth course de Jumeirah (Dubaï) et passait même l'aller en 31 coups, ne concédant qu'un bogey au 9.


Son retour fut moins prolifique, mais il lui permettait de glaner deux autres birdies au tracé émirati aux 10 et 18. Ce 65 (-7) est même le meilleur démarrage de McIlroy dans une épreuve déjà empoché à deux reprises (2012, 2015). Avec 11/14 niveau fairways et 14/18 côté greens en régulation, et pas moins de 7 putts sur 18 rentrés à moins de 3m le jeu de Rory était du genre globalement affûté. 20 En dix apparitions dans cette finale de la Race, Rory McIlroy n'a jamais terminé au-delà de la 20e place. Il y compte même sept Tops 5.

Le retour du créatif « Ça fait 12 ans que je viens ici, et j'y ai énormément de très bons souvenirs, de bons coups, de bons putts, expliquait McIlroy au micro du Tour européen. En plus les conditions climatiques me permettent de taper la balle vraiment très loin ce qui rend les choses toujours plus faciles ensuite. Ce parcours avantage les gros frappeurs et j'ai tiré parti de ça encore aujourd'hui. » Mine de rien, la Ryder Cup perdue face aux États-Unis a agi comme un électrochoc pour McIlroy. C'est à partir de cette défaite qu'il a remis de l'ordre dans son jeu et que les résultats suivent notamment avec ce récent succès lors de la CJ Cup sur le PGA Tour. « Après ma mauvaise Ryder Cup, je me suis posé les bonnes questions, confirmait-il. Je suis reparti à l'entraînement en me recentrant sur ce que je fais le mieux : créer des coups. Je suis un joueur très visuel, j'ai besoin de voir les choses pour les créer. Et je crois qu'aujourd'hui j'ai vraiment créé tout un panel de trajectoires. Bon peut-être pas autant que Bubba Watson, mais assez pour retrouver mes racines car j'ai toujours aimé jouer ainsi. »

Les Français sans saveur Ni Victor Perez, ni Antoine Rozner, les deux Français engagés dans cette finale du Tour européen regroupant ses cinquante meilleurs représentants, n'ont réussi à battre le parcours. Tous deux postent des scores identiques de 74 (+2) pour le 45e rang provisoire. Au micro de nos confrères de Golf +, Victor Perez pointait sans détours un putting peu inspiré : « Je n'ai pas réussi à concrétiser les quelques occasions de birdie que je me suis créé. J'ai en plus concédé deux fois trois putts en début de partie qui m'ont un peu plombé. Le parcours était assez scorable aujourd'hui mais il faut toujours rentrer les putts. On a beau taper les bons coups, si au final les putts ne rentrent pas, la journée devient longue et ça résume bien mon premier tour. J'ai concédé trois bogeys en ratant des putts courts et un seul birdie au 2 (par 5) en prenant le green en deux coups. C'est un peu dommage. »

De son côté Antoine Rozner n'a pas connu le même genre de journée que la semaine précédente. Lui qui signait une solide 4e place sur le parcours voisin du Fire course, n'a pas retrouvé le même niveau de jeu comme il le confiait à Golf + : « C'était une journée compliquée. Je n'ai pas très bien tapé la balle. J'ai en plus loupé quelques putts à l'aller que j'aurais dû mettre... Je suis globalement assez déçu, surtout de mon début de partie. Je prends quatre bogeys en venant du milieu des fairways, et ça, c'est un peu trop. C'était mieux au retour et je vais m'empresser de filer au practice pour régler tout ça. [...] Je garde espoir parce que dans un tel tournoi sans cut la moindre bonne journée peut faire gagner beaucoup de places. »

Morikawa dans la course Qui dit finale du Tour européen dit course au titre de n°1 Européen. Et Collin Morikawa, l'actuel leader américain du classement, est le mieux parti des six potentiels prétendants à la couronne. Le n°2 mondial a signé 68 (-4) pour le 5e rang provisoire, très loin devant son plus proche rival Billy Horschel auteur lui d'un 74 (+2). Dans l'état actuel du classement c'est bien le n°2 mondial et tout nouveau membre à vie du Tour européen Collin Morikawa qui empocherait la mise. Jamais aucun américain n'a jusque-là conquis le trône européen.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles