Golf - EPGA - Trophée Hassan II : Paul Dunne en tête, les Bleus reculent

L'Equipe.fr
Dans un troisième tour de ce Hassan II dominé par l'Irlandais Paul Dunne (-8 total), les Français ont perdu du terrain à Rabat. Bourdy et Havret sont 6es (-4), Dubuisson et Lorenzo-Vera 12es (-3).

Dans un troisième tour de ce Hassan II dominé par l'Irlandais Paul Dunne (-8 total), les Français ont perdu du terrain à Rabat. Bourdy et Havret sont 6es (-4), Dubuisson et Lorenzo-Vera 12es (-3).Havret imprécis, Dunne en profiteSur le parcours exigeant du Royal Golf Dar Es Salam, rares sont les scores très bas, surtout depuis le début de ce Trophée Hassan II. La faute à des bunkers profonds, des fairways étroits et de grands arbres tentaculaires qui réduisent à néant les espoirs des aventuriers ayant égaré leurs balles. Et pourtant, l'Italien Renato Paratore a signé tôt ce matin une grosse carte de 66 (-7), s'adjugeant ainsi la 2e place provisoire et lançant parfaitement les hostilités de ce moving day. De quoi donner des idées à Grégory Havret, se disait-on.Malheureusement, le Rochelais n'a pas eu le même rendement qu'hier. Des trous maîtrisés, comme ces deux birdies sur l'enchaînement 9/10, mais beaucoup d'imprécisions dans ses mises en jeu, avec trop peu de fairways trouvés. Pas facile de s'en tirer sur un terrain aussi exigeant et usant. Toute la journée dans "le dur", le Français n'a pas eu l'occasion de renverser la vapeur sur les greens.Résultat des courses, l'élève de Ducoulombier rétrograde à la 6e place (-4 total), à quatre coups de la tête. Le leader irlandais Paul Dunne (-4 aujourd'hui) devance ainsi Paratore de deux unités, et ses autres poursuivants de trois.Bourdy serein, MLV enchaîneUn peu plus maître de son sujet et auteur d'une belle série de birdies entre le 9 et le 11, Grégory Bourdy rend une carte de 73 (par) et reste dans le peleton de tête, aux côtés d'Havret (-4).Mike Lorenzo-Vera a également assuré le coup aujourd'hui (trois birdies, deux bogeys), en rendant une troisième carte consécutive de 72. Le Basque est désormais à -3 total, aux côtés de Victor Dubuisson. Un Dubush en grande réussite sur son aller, avec quatre birdies enquillés d'affilée entre le 5 et le 8, avant de courber l'échine sur son retour : quatre bogeys (cafouillage au 11, wedging erratique au 12), malgré un autre birdie, qui laissent tout de même le Cannois dans le top 15 (-3 total).Belle journée pour Matthieu Pavon, qui boucle son 3e tour en -1 pour pointer à -2 total. Autres résultats des Français : Joël Stalter est dans le par (-2 journée). Alexander Levy et Gary Stal sont à +1. Romain Wattel, Adrien Saddier et Benjamin Hébert sont à +2. Sébastien Gros, Julien Guerrier +4. Damien Perrier +5.Vrac de réactions Grégory Havret (6e, -4) «Ce n'était pas une journée géniale, c'est comme ça. J'ai joué à peu près de la même manière que les jours précédents, à la différence près que j'ai touché très peu de fairways. Un coup c'était à gauche de 2m, un coup à droite d'1m... Du coup, c'est dur de se mettre près des drapeaux, d'autant plus pendant le weekend où les positions sont plus exigeantes. Elles le seront encore demain donc à moi de me mettre plus souvent sur les fairways. Sur les greens non plus ce n'était pas un grande journée, pour autant il n'y a pas de trois-putts à déplorer. Il n'y a pas de catastrophe, mais c'est sûr que sans quelques opportunités manquées, la journée aurait été un peu plus correcte. Demain, l'idée sera de prendre mon mal en patience, de me dire que les autres galèrent tout autant. Sur ce parcours, il y a la place pour un bon score, faire 3 ou 4 en dessous ce n'est pas impossible. Mais il faut jouer juste et ne pas louper les fairways. Ce sera le but demain. Il y a toujours un coup à jouer malgré ce samedi sans saveur. Je ne suis qu'à quatre coups de la tête, à deux points du 2e... Après un trou, je peux être deuxième demain.» Grégory Bourdy (6e, -4) «Une bonne partie à nouveau. Un peu plus irrégulier que les deux premières journées mais le fond de jeu était là. J'ai fait de bons birdies en milieu de partie (9,10, 11), trois beaux birdies d'affilée pour revenir sous le par. Un peu dommage de ne pas faire un petit birdie de plus sur la fin, parce qu'il y avait l'opportunité, notamment sur le 18 en étant en deux près du green. Sur ses deux bogeys au 6 et au 7 : J'ai raté les seconds coups : une fois dans le bunker, une fois un chip hors du green, donc deux fois chips et deux putts. Je me sens très bien, j'adore ce parcours. Il faut espérer que la tête ne soit pas trop loin ce soir. C'est apparemment le cas, donc il y a un bon coup à jouer demain.» Victor Dubuisson (12e, -3) «Je me sentais très bien, mais ce n'est pas une très bonne journée. J'avais la chance d'être dans les leaders, et malheureusement j'ai frappé des coups vraiment pas bons sur le retour. Je n'ai pas envie de m'attarder sur un trou, je suis globalement déçu de ces 9 derniers trous. J'aurai envie de faire mieux demain, c'est sûr.» Mike Lorenzo Vera (12e, -3) «J'avais pas tout dans le gilet, donc il a fallu aller à travers ce parcours comme je le pouvais. Mission accomplie. Je m'en suis pas mal sorti, mais je jette des points, je suis trop gentil. Notamment au 12, où je prends bogey, un par 5 où y'a quand même pas grand chose. Sale mise en jeu, sale 2e coup, trois-putts, le truc cadeau quoi. C'est encore un peu frais, je sens que y'a la reprise encore dans les mains, donc je pense que la semaine prochaine ou celle d'après je serai encore mieux. Je vais essayer de me régler un petit peu sur le practice, faire un bon échauffement, et on va continuer à lui rentrer dans le lard !» Benjamin Hébert (46e, +2) «C'était dur aujourd'hui. Je n'ai pas très bien joué, moins qu'hier. J'ai quand même tapé de bons coups, j'ai eu de bonnes sensations. Mais j'ai fait une énorme erreur au 7, qui me coûte un triple. J'étais dans les arbres à droite, j'ai tenté une ligne un peu agressive, j'ai pris un arbre, puis j'ai encore pris un arbre, et puis je ne suis pas sorti, et j'ai même presque fait un bon 7. Du coup j'étais +4 après ça, je suis bien revenu, je fais eagle/birdie sur les par 5, mais bon la fin... (quatre bogeys). J'ai lâché, pas dans la tête, mais les trous ne sont pas évidemment, j'ai fait des coups un peu moins précis, et tout de suite on le paye cash. C'est un parcours qui est compliqué, qui pompe pas mal d'énergie. Sur la fin, on s'est bien battus, mais ça n'a pas tourné comme je le voulais. Journée sans, rien qui n'est tombé, c'est comme ça.»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages