Golf - EPGA - Trophée Hassan II : Deux français en tête, six en chasse

L'Equipe.fr
Après un premier tour en -3, les frenchies Gary Stal et Grégory Havret sont aux commandes du Trophée Hassan II. Tous deux sont à égalité avec Lucas Bjerregaard et James Morrison. Huit Bleus ont joué sous le par.

Après un premier tour en -3, les frenchies Gary Stal et Grégory Havret sont aux commandes du Trophée Hassan II. Tous deux sont à égalité avec Lucas Bjerregaard et James Morrison. Huit Bleus ont joué sous le par.Stal retrouvé, Havret satisfait19 ! Pas moins de dix-neuf Français sont cette semaine au Royal Golf Dar Es Salam, à Rabat (Maroc), pour y disputer le Trophée Hassan II. Et l'adage disant que l'union fait la force a pu être vérifié lors de ce premier tour : sur les 19 engagés, 11 ont joué dans le par ou mieux et, surtout, deux se partagent la tête !L'un s'appelle Gary Stal et sort d'une saison compliquée. Le Lyonnais, qui n'a signé que deux tops 30 sur toute l'année 2016, est en quête de confiance et de résultats. En pige chez le coach Benoît Ducoulombier pendant la "trêve" printanière, Stal a bien attaqué le Trophée Hassan II en rendant une belle carte de 70 (-3) dans la matinée. Concentré sur ses mises en jeu, avec un parcours étroit et exigeant, l'ancien vainqueur à Abu Dhabi (2015) a enquillé cinq birdies pour deux bogeys.Stal n'est pas seul sur cette première marche du classement : on y retrouve l'Anglais James Morrison (un temps seul leader à -4), le Danois Lucas Bjerregaard, et... Grégory Havret ! Le Rochellais, très détendu hier au practice, a rendu une carte similaire à celle de Stal (70, cinq birdies), dans la lignée de ses deux tops 20 consécutifs en Malaisie (Maybank) et Afrique du Sud (Tshwane).Des Français, encore des Français...Une première journée qui a également bien réussi à trois autres membres de la délégation tricolore : Clément Sordet, Grégory Bourdy et Alexander Levy, tous trois à -2. Le Varois a notamment signé un bel eagle sur le trou n°8, qu'il a humblement qualifié de «bon coup de chance» en souriant (coup de wedge légèrement topé qui trouve le trou après avoir bien roulé).Une unité plus bas, on retrouve Romain Wattel, Mike Lorenzo Vera et Matthieu Pavon qui signent une carte de 72 (-1) pour rester dans les quinze premiers de ce début de tournoi. MLV était même un temps à -2 avant qu'une balle perdue au 8 (par 5) puis un coup de wedge approximatif ne lui coutent un double bogey. L'ultime birdie sur le délicat 9 (par 3) d'un coup de fer magistral le remettait justement dans le rouge.Les autres élèves de Benoît Ducoulombier, Victor Dubuisson, Adrien Saddier et Julien Quesne ont joué dans le par. Damien Perrier et Raphäel Jacquelin sont à +1, Benjamin Hébert à +2, Joël Stalter et Julien Guerrier à +3. Thomas Linard, Sébastien Gros et Romain Langasque ferment la marche, à +4.Vrac de réactions Grégory Havret (1er, -3) : «C'est un bon départ pour moi, une bonne partie. J'ai joué assez bien toute la journée, j'ai été assez solide. Je n'ai pas trop commis d'erreurs, ce qui fait que j'ai évité les nombreux pièges que ce parcours peut me tendre. C'est 1/4 du chemin qui est fait, la route encore longue. J'aime bien ce style de parcours, mais l'an passé cela ne m'a pas empêché de louper le cut. Ce que j'aime bien, c'est quand je joue bien et que je rends des cartes comme ça ! (rires) Pour l'instant, c'est un bon premier tour, mais un tour de golf c'est tellement rien dans une vie de pro... Ça fait quand même plaisir. (Sur les français) Ça joue bien, j'ai vu ça un peu. Mike (Lorenzo Vera) joue très bien, il est bien parti. Je pense à Greg (Bourdy) et Julien (Quesne), avec qui j'ai joué au Médoc et qui sont tous les deux en forme. Matthieu Pavon tape très bien la balle aussi en ce moment. Il y a pas mal de monde qui joue bien, les Français sont en forme. J'espère que ça va faire une bonne année.» Gary Stal (1er, -3) : «Ça fait plaisir de retrouver le haut des leaderboards, c'est sûr. J'ai très bien joué aujourd'hui. J'ai tapé de très bons drives et mes attaques de greens étaient très bonnes. Ça m'a permis de me mettre assez près des drapeaux et de rentrer quelques putts. Je suis très content du jeu que j'ai développé aujourd'hui. J'étais dans la balle et le travail important que j'ai effectué ces dernières semaines a vraiment été bénéfique. Je suis d'autant plus heureux d'une telle partie sur ce genre de parcours qui exige un jeu globalement de qualité. Il ne faut pas avoir de points faibles ici. On le voit bien aux scores de façon globale : le parcours ne pardonne pas les erreurs, quel que soit le secteur de jeu.» Grégory Bourdy (5e, -2) : «Il m'a fallut un petit peu de temps pour me mettre en route. Mais tout de suite après je me suis senti très bien, notamment sur le long jeu, ce qui est primordial sur ce parcours pour pouvoir bien jouer. Dans l'ensemble, c'est un parcours franc, avec des mises en jeu exigeantes et des attaques de green compliquées. Les greens sont assez petits et, la plupart du temps, un peu bombés, donc on doit essayer de prendre le plus de green possible et de se mettre du bon côté. Sinon, on peut vite avoir des putts ou des chips compliqués.»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages