Golf - Magazine - Romain Langasque : «Je veux me battre pour vite retrouver le Tour»

L'Equipe.fr

Sans droit de jeu sur le Tour européen l'an prochain, Romain Langasque a terminé 3e du dernier Mauritius Open. Le Français dresse son bilan d'une année 2017 compliquée mais pleine d'apprentissage. Il envisage même la saison suivante avec une certaine hargne. Vous commencez la saison 2018 de la meilleure des manières. Que ressortez-vous de cette 3e place au Mauritius Open ? Romain Langasque : «J'ai retrouvé mon jeu du début d'année ! J'ai été très solide au driving, je ne me suis mis en danger qu'une seule fois, j'ai vraiment bien tapé la balle toute la semaine. C'est même le genre de semaine qui aurait pu se terminer par une victoire avec quelques coups d'avance si j'avais eu un putting du même niveau. J'ai putté décemment, mais ça reste le point négatif de cette semaine. Malgré tout ça fait du bien d'avoir retrouvé mon fond de jeu et d'avoir été capable de sortir toutes les trajectoires. Vous pensiez la victoire accessible ? Je termine à deux coups du play-off donc je n'étais pas loin du compte. Surtout avec un putting aussi peu efficace. Bien sûr je n'ai pas si mal putté, sinon je n'aurais pas terminé 3e. Mais j'ai vraiment eu la sensation que la gagne n'était pas loin et surtout qu'elle n'était pas loin facilement. C'est ça qui est plutôt cool. Après la fin de saison que j'ai vécue, ça me redonne le sourire. D'autant que je suis vite tombé assez bas ces dernières semaines.Votre jeu est-il revenu d'un seul coup ou est-ce le fruit de quelques entraînements récents ? J'avoue que je ne sais pas trop... C'est dur à expliquer. Je ne me suis pas entraîné après les cartes du Tour européen. J'ai repris les clubs peut-être trois jours avant de partir à la Réunion pour le championnat de France de double, parce que j'avais envie de bien finir mon année. Je me suis accroché à des choses simples. Je suis parti avec ces idées en tête et ça a bien tenu. Qu'est-ce qui vous a fait le plus plaisir lors de cette semaine à l'île Maurice ? J'ai adoré rendre un dernier tour exactement dans la lignée des trois premiers. C'est ce dimanche précis que j'ai eu la sensation de vraiment progresser. J'ai senti que le travail avec Meryem (Salmi, sa préparatrice mentale) commence à bien porter ses fruits. Je travaille avec elle depuis l'Open de France. C'est une personne en qui je fais totalement confiance. Elle est au-delà de la préparation mentale, c'est plus une psychologue du sport qui m'aide à prendre conscience de pas mal de choses sur moi-même. Je l'ai au téléphone tous les quinze jours, c'est encore un peu nouveau, mais le boulot avance plutôt bien je trouve.Vous aviez un copilote inhabituel en la personne de Mathieu Decottignies-Lafon, pourquoi ce choix ? Je n'avais pas de caddie et je savais que Mathieu jouait un pro-am sur l'île Maurice. Il m'a proposé ses services et j'ai bien sûr dit oui. Nous sommes très bons amis et c'était vraiment agréable de passer cette semaine avec lui. Il a fait le travail d'autant plus sérieusement qu'on a vite senti en début de semaine que mon jeu répondait bien présent. Il m'a aussi bien fait marrer entre les coups pendant tout le tournoi. Vous êtes qualifié pour le Joburg Open cette semaine, un tournoi qui vous a déjà bien réussi... Je l'ai déjà joué oui, mais cette année il se dispute sur deux parcours différents. J'aime bien l'Afrique du Sud. Je m'adapte bien aux herbes un peu particulières de ces parcours, la balle porte plutôt bien, il faut y être créatif. C'est un tournoi que j'ai hâte de jouer parce que je frappe vraiment bien la balle, j'aurai en plus le caddie de Richard Sterne pour m'aider. J'ai envie de surfer sur cette dynamique positive et marquer le plus de points possible pour peut-être entrevoir un peu plus de tournois sur le Tour européen, avant le début du Challenge Tour. D'autant que ça peut aller vite dans le bon sens. J'ai envie de me battre pour retourner sur le Tour plus vite que prévu.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages