Golf - Masters - Augusta sort déjà les crocs en amont du Masters

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Alors que le Masters débutera jeudi, l'Augusta National Golf Club affiche déjà un visage redoutable. De mémoire de joueurs expérimentés, le tracé géorgien a rarement été aussi ferme en début de semaine. Il y a six mois, pour son édition 2020 du Masters placée en novembre, l'Augusta National Golf Club était presque méconnaissable. Les habituels tambours verts avaient laissé place à des greens ultra-réceptifs (qui a dit permissifs ?). Résultat, une démonstration de force de Dustin Johnson vainqueur en -20, un score jusque-là jamais atteint par un vainqueur. lire aussi Chiffres, stats et faits marquants pour mieux connaître le Masters Fermeté audible Penser que les officiels du vénérable club géorgien ont encore ces coups de boutoirs en travers de la veste verte est un doux euphémisme. Leur réaction se faisait même déjà sentir en début de semaine. Ce lundi, Bubba Watson dressait même un portrait sonore des patinoires d'Augusta : « Quand une balle atterrit sur les greens, on entend toute la surface résonner, expliquait le double vainqueur (2012-14). Même sur un simple chip on perçoit clairement la différence avec novembre dernier niveau fermeté. Le parcours va être vraiment ultrarapide cette année. » Déjà en mode tournoi Sûr que la météo de fin de semaine, laissant craindre quelques orages dantesques dont l'endroit a le secret en avril, joue pour beaucoup dans cette fermeté déjà palpable. Mais le tracé du Masters a pour habitude de cacher son jeu lors des parties de reconnaissance avant d'afficher au fil des tours son vrai visage. Adam Scott, ce lundi à Augusta « On sent que le parcours est déjà prêt. Il va falloir accrocher sa ceinture » « En général, quand il fait beau en début de semaine du Masters on se sent limite en sécurité, analysait Adam Scott, lui aussi vainqueur. Et d'un coup, le jeudi, les approchent deviennent effrayantes et des putts en descente semblent pouvoir filer hors des greens. Le souci c'est que cette sensation de tournoi est déjà au rendez-vous un lundi ! On sent que le parcours est déjà prêt ; il va falloir accrocher sa ceinture. » Quand l'eau glissait sur les greens Et Adam Scott de confirmer le carnage prévisible qui attend les participants de ce 102e Masters : « De toutes les éditions que j'ai pu disputer, celle de 2007 était la plus ferme et Zach Johnson l'avait empoché, se remémorait l'Australien. Je me souviens d'avoir disputé une partie d'entraînement et qu'au 16 en versant de l'eau sur le green, elle ne s'infiltrait carrément pas dans le sol mais glissait le long de la pente ! Je n'ai pas effectué le même test ce lundi, mais les greens avaient clairement le même visage. » Les prétendants à la veste verte 2021 sont prévenus, la conquête s'annonce violente.