Golf - Masters - Augusta, ville morte pendant le Masters

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Si les détenteurs de billets pour cette édition du Masters peuvent être déçus que le tournoi se joue à huis clos, les entreprises locales sont également affectées. Reportage. La semaine du Masters, en temps normal, la ville d'Augusta est en ébullition. La population est triplée et les milliers de visiteurs présents sur place pour assister au tournoi dépensent sans compter. Mais cette année, avec le Covid-19 et cette 84e sans public, c'est toute l'économie de la ville qui en pâtit. De nombreux hôtels réservés, habituellement presque un an à l'avance pour la semaine à cette occasion, ont encore des chambres disponibles ce week-end, à un tarif plus ou moins normal. Les maisons privées, qui sont généralement louées aux visiteurs pour des milliers de dollars, ont dû être remboursées intégralement. Bennish Brown, PDG de l'Augusta Convention & Visitors Bureau. « Normalement, pour de nombreuses entreprises, le Masters est comme un 13e mois en une seule semaine » Washington Road, la route principale qui passe devant l'entrée de Magnolia Lane d'Augusta National, est souvent bloquée mais ce mercredi, veille du premier tour, le trafic était quasiment fluide et la plupart des parkings à côté du parcours étaient vides. « C'est toute notre économie qui est touchée. La semaine du Masters est primordiale pour la ville, explique Bennish Brown, PDG de l'Augusta Convention & Visitors Bureau. Par exemple, les personnes qui louent leur maison la préparent spécialement pour le Masters en faisant appel à des entreprises locales de rénovation, des paysagistes, il y a donc un effet au-delà de l'industrie hôtelière et de la restauration. Pour de nombreuses entreprises, le Masters est comme un 13e mois en une seule semaine. » lire aussi D'une fragile nudité Dans un hôtel près du parcours, le Staybridge Suites, le directeur déclare que la semaine des Masters représentait généralement environ 17 % des revenus annuels. « Il y a 5 000 chambres dans cette ville, a déclaré Jugal Purohit. Une poignée d'hôtels peut avoir un taux d'occupation très élevé, mais sinon, toute la ville fonctionne comme une semaine normale, avec peut-être un petit pic. » Des espoirs pour 2021 ? Et si cette année s'annonce compliquée pour le business à Augusta, rien ne garantit que les spectateurs seront de retour en avril prochain. Mercredi, Fred Ridley, le grand manitou de l'Augusta National Golf Club, a laissé ouverte la possibilité d'un retour des fans mais n'a fait aucune promesse. « J'espère que nous verrons une amélioration des conditions concernant ce virus, mais avril est dans moins de cinq mois. Il n'y a donc aucune garantie de cela. » De son côté, le directeur du Staybridge Suites avance que son établissement atteint déjà 60 % d'occupation pour le prochain Masters. Les hôtes ? Principalement des visiteurs internationaux qui ont annulé leur voyage cette année. Augusta déjà dans le dur Pourtant, son hôtel a cessé de prendre d'autres réservations pour la semaine de l'édition 2021 jusqu'à ce qu'il soit clairement établi que les fans seront - ou non - autorisés à revenir. « Nous ne voulons plus prendre de réservations, pour devoir les rembourser ensuite. » Le PDG du Bureau des visiteurs, quant à lui, est prêt à affronter l'inévitable coup dur financier auquel la ville est confrontée lorsque les chiffres de cette semaine sont revus. « Nous savons qu'il va y avoir un impact économique énorme. Mais nous ne connaîtrons pas les chiffres tant que ce ne sera pas fini. » lire aussi Perez : « J'ai un peu cassé le mythe »