Golf - Masters - Bernhard Langer écrit l'histoire au Masters d'Augusta

L'Equipe.fr
·5 min de lecture

Bernhard Langer est entré dans l'histoire en devenant, à 63 ans, le plus vieux joueur de l'histoire à passer le cut. L'ambassadeur de Mercedes-Benz se confie. « Félicitations pour être devenu le plus vieux golfeur à faire le cut. Vous devez être fier de toujours établir des records à plus de 63 ans (record précédent détenu par Tommy Aaron, qui avait 63 ans et 1 mois en 2000)...
Oui, je suis très fier pour vous dire la vérité. Quand vous pensez à toutes les légendes qui ont joué ce tournoi - des joueurs comme Gary Player, Arnold Palmer, Jack Nicklaus, etc... Pour moi, être le plus vieux golfeur à faire le cut signifie beaucoup. J'ai vu Tommy Aaron au dîner des anciens champions mardi. Je lui ai dit que son record était un exploit impressionnant mais je l'ai averti que je jouais, et que j'avais une chance cette semaine. Il a ri et m'a souhaité bonne chance, et nous y voilà. Je connais Tommy depuis plus de 30 ans grâce au dîner des champions mais aussi parce qu'il a continué à jouer le Masters pendant de nombreuses années. C'est un gentleman et nous nous respectons l'un et l'autre. Vous savez que ce n'est pas facile de faire le cut ici. Ce n'est pas un parcours facile, surtout ces dernières années, car il est devenu beaucoup plus long. C'est donc difficile pour nous les joueurs entre 50 et 60 ans. Il n'est pas surprenant que le record de Tommy ait duré si longtemps. Avez-vous l'impression que les deux derniers jours ont eu des allures de marathon ?
C'est clair. Mon premier tour a été retardé, je n'ai pas joué avant 15 heures jeudi, donc j'ai littéralement joué 36 trous en 24 heures, sur un parcours très humide et vallonné comme on le sait. J'étais vraiment fatigué après mon deuxième tour. Je devais me lever à 4 heures ce matin (vendredi) alors j'ai essayé de me coucher à 21 heures jeudi, pour dormir environ sept heures. Mais 21 heures c'est plus tôt que mon d'habitude, je n'ai pas réussi à trouver le sommeil tout de suite. Je n'étais pas très content quand le réveil a sonné !

Vous avez joué 68 (-4) au premier tour, votre meilleur tour au Masters depuis 2001. Qu'est-ce qui vous a plu ?
J'ai vraiment bien contrôlé la balle et mon petit jeu était plutôt bon. Quand j'ai raté le green la plupart du temps, j'ai chippé assez près des trous. Si vous pouvez bien putter et garder la balle en jeu avec driver, c'est un avantage et vous pouvez performer. Je n'ai pas fait beaucoup d'erreurs et enquillé quelques birdies. Votre dernier trou jeudi soir était le 1 d'Augusta. C'était votre 10e trou de la journée et vous avez fait birdie dans la semi-obscurité...
Le premier trou est très long. J'ai dû taper driver et un hybride, puis j'ai fait un putt d'environ 8 m pour birdie. Ensuite, j'ai bien terminé le tour ce matin (vendredi), ce qui est bien parce que je jouais les neuf premiers et je pense qu'ils sont un peu plus difficiles que les trous du retour. « DeChambeau dit qu'Augusta est un par 67 pour lui. Le problème est qu'il doit être droit et renter les putts et pour le moment, il ne l'a pas encore fait cette semaine. » Avec le soleil et le léger vent vendredi, les greens se sont-ils accélérés lors de votre deuxième tour ?
Ils ont peut-être été un peu plus rapides ce matin à 7h30 mais ils ont ensuite tendance à ralentir un peu l'après-midi. J'ai connu un deuxième tour un peu plus en dents de scie. Ce n'était pas aussi solide ou cohérent que mon premier round. Finalement, j'ai fait bogey sur dernier trou pour finir dans le par. Mais, ici, ce n'est pas si mal. Le classement est très intéressant. Y a-t-il un joueur qui attire votre attention en particulier ?
Il y a beaucoup de joueurs très bons. Dustin Johnson est peut-être le favori à ce stade, mais c'est compliqué de sortir un joueur en particulier tant le classement est dense. Et il pourrait se densifier encore plus lorsque le troisième tour se terminera samedi matin. Tiger Woods est toujours là mais il y en a aussi beaucoup de grands champions, et ils connaissent tous le parcours et la plupart frappent très fort. Pour le moment, pour moi la seule surprise c'est Bryson DeChambeau, qui pour le moment est en danger pour le cut. Justement, que pensez-vous du jeu puissant de Bryson DeChambeau ?
Le jeu de DeChambeau semble fonctionner pour lui. Il y a beaucoup réfléchi. Il a remporté l'US Open grâce à cette puissance. Même quand il s'est retrouvé dans le rough, il arrivait à trouver un bout de green sur les par 4 avec un wedge ou un fer 9 en main. Même ceux de plus de 500m. Il tape des drives à plus de 310m. C'est un jeu différent. J'ai joué 9 trous au Texas lors d'une reconnaissance d'un tournoi sur le PGA Tour cet été. C'était très impressionnant. Il prenait des lignes de jeu au départ au-dessus des arbres auxquels la plupart des joueurs ne pensent même pas. En termes de distance, DeChambeau dit qu'Augusta est un par 67 pour lui. Le problème est qu'il doit être droit et renter les putts et pour le moment, il ne l'a pas encore fait cette semaine. »