Golf - Masters - Johnson, Rahm, Spieth, Pieters... Les pronostics de la rédaction

L'Equipe.fr
À deux jours du début du Masters, la rédaction de Journal du Golf s'est prêtée au jeu des pronostics. Les principaux favoris pour la victoire sont là, les outsiders attendus aussi. Mais le gagnant fait-il partie du lot ?

À deux jours du début du Masters, la rédaction de Journal du Golf s'est prêtée au jeu des pronostics. Les principaux favoris pour la victoire sont là, les outsiders attendus aussi. Mais le gagnant fait-il partie du lot ?Chaque année, le Masters et son légendaire parcours d'Augusta sont l'objet d'une "tradition comme aucune autre". Et chaque année, les fans de golf du monde entier s'emploient à deviner le nom de l'heureux élu, avec souvent plus d'audace que de réussite. Voici les pronostics -plus ou moins inspirés- de la rédaction de Journal du Golf.Nos favoris pour la victoireRien d'étonnant à trouver Dustin Johnson dans cette liste. Sur le toit du classement mondial depuis sa victoire au Genesis Open mi-février, DJ a déjà arraché six tops 10 cette saison, dont trois victoires : Genesis Open, donc, mais surtout WGC Mexico et WGC Match Play. Une moisson épatante qui n'a rien d'étonnante : le bombardier de Columbia a progressé dans son petit jeu (6e en stroke-gained autour du green sur le PGA Tour), tout en conservant sa force de frappe astronomique (1er en distance moyenne parcourue au drive, avec 289m).Top 5 des échecs au MastersJohnson est d'ailleurs considéré comme "ultra-favori", au même titre que Jordan Spieth. Le Texan, célèbre pour son tryptique "2e-1er-2e" en référence à ses trois derniers -et uniques- classements au Masters, arrive également à Augusta dans un costume de favori. Malheureux vaincu l'an passé, le n°6 mondial est depuis retourné sur les greens géorgiens. «Je suis retourné sur le 12 et... j'ai fait birdie, lançait l'élève de Cameron McCormick il y a peu. J'ai donné un coup de poing dans le vide et j'ai levé les mains au ciel en disant : "Les démons sont partis !"». Sur les neuf tournois qu'il a disputé cette saison, Spieth n'a manqué qu'un seul cut : celui du Houston Open, le week-end dernier. La tête ailleurs, Jordan ?Nos outsiders pour le titreÀ 22 ans, Jon Rahm fait déjà sensation sur le circuit américain. Propulsé par un début de saison hallucinant, le jeune Basque, classé 137e mondial au début de l'année civile, fait désormais partie du cercle des 12 meilleurs golfeurs de la planète. Vainqueur au Farmers Insurance Open, 3e au WGC Mexico et 2e au WGC Match-Play : trois tops 3 en six tournois, qui ont permis à Rahm de quitter son rang de grand espoir, pour devenir un prétendant au Masters. Et pour sa toute première participation en plus... Rien que ça.Rahm dans le bon bateauPour enfiler la veste verte, une règle d'or : mieux vaut avoir les nerfs solides. Thomas Pieters est de cette trempe-là. Révélé au plus haut niveau par ses performances de patron pendant la Ryder Cup 2016, où le Belge avait martyrisé les Américains en compagnie de Rory McIlroy, Pieters ne sera pas du genre à trembler devant les tribunes d'Augusta. Et même s'il n'a plus gagné depuis le mois d'août dernier, le 35e mondial reste sur une solide 5e place au WGC mexicain.Quant à l'inimitable Phil Mickelson, triple vainqueur du Masters (2004, 2006 et 2010), difficile de déterminer sa place entre favori ou outsider, tant Lefty est du genre inclassable. Sevré de victoires sur le PGA depuis 2013, Mickelson et ses 46 bougies n'a plus ses jambes d'antan ; mais renier les chances de Phil à Augusta, parcours dont il connaît encore mieux les recoins que les canyons de sa Californie natale, serait ignorer le talent et le caractère imprévisible du 9e joueur le plus titré de l'histoire du PGA Tour (42).Diaporama : Augusta, parcours prestigieux

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages