Golf - Masters - Justin Rose signe une démonstration au Masters

L'Equipe.fr
·6 min de lecture

Justin Rose a signé un scintillant 65 ce jeudi lors du premier tour du Masters. L'Anglais s'est défait d'un parcours d'Augusta pourtant redoutable et s'offre quatre coups d'avance sur ses plus proches concurrents. Victor Perez a chuté après un 78.

C'était prévu, l'Augusta National a retrouvé ses crocs habituels ce jeudi pour le premier tour du Masters 2021. Greens ultra rapides, fairways roulants et petites rafales bien vicieuses pour les parties de l'après-midi... Résultat des courses : seulement 10 joueurs en dessous du par et déjà quelques gros cartons. Mais un Anglais bien connu du tracé géorgien a littéralement survolé les débats.

Justin Rose en feu !
Justin Rose démarrait timidement son premier tour. L'Anglais concédait même des bogeys aux 1 et 7 avant de prendre feu. Tout démarrait d'un coup de bois 3 de 250m déposé à moins de 3m du drapeau pour un eagle.

Puis par deux birdies de suite aux 9 (coup de fer à 1m20) et 10 (putt de 8m). Deux nouvelles merveilles de coups de fer aux 12 (1m30) et au 13 (wedge à 1m) conduisaient à deux autres birdies. Et même au 14 quand le grand jeu de l'Anglais tressaillait et lui faisait survoler le green, son petit jeu sauvait la mise d'un combo chip/putt inspiré.

JR glanait deux autres points au 15 après une sortie de bunker distillée qui touchait le trou et s'arrêtait à 2m50 (putt converti), puis au 16 d'un coup de fer laser posé à 4m de la cible. L'Anglais signait sur ce par 3 le cinquième birdie de son retour. Il pointait même à huit sous le par en neuf trous depuis son eagle du 8.

Littéralement dans la zone, le perdant malheureux du play-off face à Sergio Garcia, en 2017, manquait d'enquiller son deuxième coup du 17 ! Ce troisième birdie de suite lui permettait d'avoir quatre coups d'avance à l'entame du 18 qu'il bouclait d'un par sans histoire. « Je ne sais pas trop ce qui s'est passé sur le parcours, tentait d'expliquer Justin Rose au recording, En général c'est dans ce genre de moments qu'on développe son meilleur jeu ». Mine de rien le 65 de l'Anglais domine de près de 10 coups la moyenne du champ après ce premier tour.

Qui sont ses poursuivants ?
Brian Harman et Hideki Matsuyama étaient les deux premiers leaders au club house. Le gaucher américain postait 10 premiers trous dans le par avant trois birdies aux 13, 15 et 18 pour un solide 69. « Le vent a commencé à tourbillonner au retour, expliquait Harman, mais je me suis appuyé sur un petit jeu solide pour bien finir ce premier tour. »

De son côté, le Japonais démarrait en trombe : birdie au 2, eagle au 8 et birdie au 13 avant de concéder son unique point du jour au 17. A 29 ans Matsuyama dispute son 10e Masters et s'est déjà offert une 5e place en 2015.

Qui d'autre toque au portillon ?
Pas étonnant dans ce genre de conditions très sélectives et stratégiquement exigeantes de retrouver un profil comme celui de Webb Simpson en position de chasseur. L'Américain aurait clairement pu prétendre à une plus haute place du leaderboard car il pointait à -4 après 15 trous. Mais un double bogey au 16 (balle dans l'eau) le reléguait à -2.

Patrick Reed postait l'exact même score. Le vainqueur de l'édition 2018 concédait deux points au tracé contre quatre birdies.

A noter que deux autres européens ont joué sous le par ce jeudi. Tyrrell Hatton et Shane Lowry ont tous deux posté 71 et pointent au 8e rang.

Attention aussi de ne pas oublier Jordan Spieth qui malgré une drôle de mésaventure au 9 (triple bogey avec option flipper dans les pins) postait un birdie au 10 et un eagle au 15 pour revenir sous le par.

Quels cadors répondent présents ?
Jon Rahm a eu beau débarquer de la maternité mercredi matin, ça ne l'empêche pas de jouer dans le par dans ce premier tour. Le tout nouveau papa signait deux bogeys (8 et 18) contre deux birdies (2 et 15).

Xander Schauffele reste dangereux à Augusta. Lui qui finissait deuxième en 2019 poste une première carte dans le par auréolée de trois birdies contre trous bogeys et se place dans le bon pack de poursuivants.

Gaffe aussi au trio Henrik Stenson, Paul Casey et Viktor Hovland qui tous trois jouent 73 (+1). La palme revenant sans doute au jeune norvégien qui a su se relever d'un triple bogey dès le 1 (birdies aux 2, 3 et 6) puis d'une triplette de bogeys aux 9, 10 et 12 (birdies aux 13 et 15 avec option putt de folie).

Quels cadors sont en retrait ?
Le tenant du titre Dustin Johnson s'était pourtant bien accroché jusqu'au départ du 18 pour rester dans le par. Son chip pour birdie au 11 était même une sacrée démonstration de toucher.

Mais le driving erratique du n°1 mondial l'a rattrapé au 18 : mise en jeu lâchée à droite dans les pins, recentrage en bord de green, puis combo chip trop long/3 putts (dont une méchante virgule) pour un double bogey et un 74 le reléguant au-delà de la 30e place. Score identique pour Brooks Koepka, Ian Poulter ou Bernhard Langer.


Bryson DeChambeau n'y arrive décidément pas à Augusta. Le bombardier en a mis de partout... Dès le 2 le ton était donné avec un lâché à gauche toute. BDC concédait un double bogey dès le 4, un bogey au 5 et ne parvenait pas à retrouver de l'air par la suite.

Lee Westwood est passé au travers de ce premier tour. Le n°1 Européen en titre, cadeyé par son fils, n'a pas réussi à poser son jeu. Résultat : 6 bogeys, un double bogey contre seulement deux birdies. Son 78 le relègue en fond de classement.

Et le seul Français engagé ?
Victor Perez n'a pas connu une entame de Masters idéale. Le seul tricolore engagé cette semaine postait un lourd 78 et devra cravacher ce vendredi pour espérer jouer le week-end. Quelques erreurs fers en mains, un petit jeu très irrégulier et un putting globalement en berne, voilà résumé la journée noire du Tarbais. Pour en savoir davantage c'est par ici qu'il faut cliquer.

Le meilleur mauvais coup du jour
Il est pour cette incroyable socket de Robert Streb au 12 ! Un coup hallucinant qui terminait sa course en plein milieu du fairway du 13 adjacent, soit à peu près à 90° de là où il devait finir sa course. L'auteur en carrément rit (jaune) et n'a signé qu'un très honnête bogey sur ce trou pour un 75 final.

Rory shoote son père
Rory McIlroy le disait lui-même en amont de ce Masters, son jeu est en chantier... Et avec son nouveau coach Pete Cowen, il va y avoir du boulot. Avec six bogeys, contre seulement deux birdies (aux 8 et 15) l'ex n°1 mondial démarre mal la conquête du seul Majeur qui manque à son palmarès cette année encore. Et il a même failli assommer son propre père au 7 ! Son 76 le place aux portes du cut très provisoire.

Rapide les greens ?
Bernd Wiesberger a illustré à la perfection l'extrême rapidité des greens d'Augusta ce jeudi. Son putt pour eagle au 15 a carrément terminé sa course... dans l'eau ! L'Autrichien signait bogey sur ce par 5.