Golf - Masters - Retro 2016 : Quand Jordan Spieth noyait son Masters

L'Equipe.fr
Jordan Spieth semblait parti pour conserver sa veste verte l'an passé à Augusta. Le trou numéro 12 a anéanti tous ses espoirs le dimanche. Retour sur un des plus grands craquages de l'histoire du Masters. Et du golf.

Jordan Spieth semblait parti pour conserver sa veste verte l'an passé à Augusta. Le trou numéro 12 a anéanti tous ses espoirs le dimanche. Retour sur un des plus grands craquages de l'histoire du Masters. Et du golf. Il est 17 h 38 à Augusta ce dimanche 10 avril 2016. Jordan Spieth ne possède qu'un petit coup d'avance en arrivant sur le trou numéro 12. En tête depuis le premier jour, le Texan, après son cavalier seul de 2015, est leader du Masters depuis plus de sept tours à cheval sur deux éditions ! Mais il est au cœur de l'Amen Corner... L'ex-numéro 1 mondial a déjà connu une alerte la veille avec deux bogeys au 17 et au 18, imputables à deux drives ratés. Un avertissement suffisamment important pour que son coach Cameron McCormick lui propose de venir à la rescousse à Augusta le dimanche matin pour travailler son swing. Preuve qu'il y a quelque chose de déréglé dans la mécanique du tenant du titre, celui-ci accepte l'aide de son mentor. Réglé par son entraîneur, gonflé de confiance, Spieth survole la première partie de ce quatrième tour. Auteur d'un aller très solide en 32 (-4), l'ex-numéro 1 mondial possède cinq points d'avance après neuf trous. Et semble bien parti pour un doublé seulement réussi avant lui par Tiger Woods, Nick Faldo et Jack Nicklaus.Manque d'agressivitéLe retour commence mal pour le golfeur de Dallas avec deux bogeys au 10 et au 11. De plus, son plus proche rival, Danny Willett vient d'enquiller deux birdies consécutivement au 13 et au 14. Au moment d'attaquer Golden Bell, le nom du trou le plus court de l'Augusta National, son avance a fondu pour arriver au strict minimum, un petit point.À quoi pense-t-il ? Spieth : «Je savais que j'avais cinq points d'avance avec neuf trous à jouer. Et que ces deux bogeys n'allaient pas me faire très mal. Vous pouvez faire bogey au 10 et au 11. J'étais toujours à 2 en dessous pour la journée avec deux par 5 à jouer. Mon but était de faire -4 pour ce dernier tour donc j'étais parfaitement dans l'allure. Après mon aller de rêve, je savais que jouer dans le par sur le retour suffirait. Et c'est peut-être ce qui m'a tué, parce que je n'ai plus été assez agressif et concentré.»En apnée au départ du 12 Sur le tee du 12, Jordan Spieth saisit son fer 9. Un swing pas très assuré plus tard, sa balle termine dans le Rae's Creek, la rivière qui passe devant le green. Conséquence, un ou deux points de perdus et sa place de leader contestée. Spieth toujours : «J'ai juste eu un trou de concentration et je l'ai payé. Après mon bogey du 11, je n'ai pas pris un peu plus de temps pour respirer et complètement me concentrer sur ma ligne sur le 12. Au lieu de ça, je suis monté sur le tee et j'ai effectué un swing rapide. Un fade alors que ce coup m'avait posé des problèmes sur les fers toute la semaine. J'aurais dû faire un draw.» Problématique, mais pas catastrophique. Pas encore.Le dernier tour 2016 de Spieth en vidéo (et en V.O.)La gratte et l'engrenageCar Spieth va creuser encore un peu plus sa tombe en se précipitant pour jouer le coup d'après. Plusieurs choix s'offrent à lui, rejouer du départ ou juste devant l'obstacle. Mais le Texan choisit la troisième option et se dirige directement vers la dropping zone. Et se droppe sans tarder sur une zone imbibée par les pluies tombées sur Augusta dans les jours précédant l'épreuve.C'est là que la catastrophe se produit. Spieth réalise une gratte immonde. Sa balle parcourt moins de 50 m pour finir au beau milieu de l'obstacle d'eau. Il droppe à nouveau une balle, et cette fois son 5e coup (!) termine dans le bunker. Spieth réalise une bonne sortie et malgré le sentiment de drame qui l'accompagne, rentre son putt de deux mètres. Sauvant ce qui peut l'être. Son quadruple bogey lui fait perdre la tête au profit de Danny Willett, auteur d'un nouveau birdie au 16 et leader à -5. Spieth est lui à -1. Sonné, le Texan parviendra tout de même à plaisanter avec Smylie Kaufman son partenaire dans la dernière partie. Sur le tee du 13, pour détendre l'atmosphère évidemment pesante, Spieth demande à son pote quel joueur possède l'honneur. Alors que Kaufman a fait birdie et lui quadruple... Cette blague prouve son caractère de champion et sa grandeur d'âme. Mais elle le relance aussi. Le tenant du titre signe deux birdies au 13 et au 15. Et a même un putt de 2m pour birdie au 16 pour revenir à un coup de Willett. Mais le 12 lui a fait trop mal et Spieth rate la cible avant de concéder un ultime bogey au 17 pour finir deuxième, comme en 2014, à trois coups de l'inattendu vainqueur anglais.Chasser les démonsDésormais associé aux plus terribles histoires de dimanche à Augusta, Jordan Spieth fera tout de même partie des grands favoris de ce Masters 2017 en compagnie de Dustin Johnson et Rory McIlroy. Le Texan est d'ailleurs venu rejouer Augusta en décembre dernier et a signé deux birdies sur Golden Bell.Interrogé à la veille du Championnat du monde de Match-Play, Spieth se montrait à la fois confiant et impatient de voir le prochain tournoi des Maîtres derrière lui : «Quel que soit mon résultat, je serai content quand le Masters 2017 sera terminé. On cessera de me parler de celui de 2016. Ce serait bien si je pouvais regagner la veste dès cette année. Mais ça arrivera un jour, vu la façon dont nous jouons ce parcours, le succès que j'y ai connu et le niveau de confort dans lequel je me sens là-bas.»Pourtant, il n'aura chassé une partie de ses démons qu'une fois sa balle de l'autre côté du Rae's Creek le dimanche. Et seulement jusqu'à l'année d'après. Car comme le sparadrap du capitaine Haddock, ce quadruple bogey va lui coller à la peau jusqu'à la fin de sa carrière.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages