Golf - Masters - Rickie Fowler vers un premier titre Majeur ?

L'Equipe.fr
Co-leader du Masters après deux tours, Rickie Fowler n'a jamais été aussi près d'empocher un tournoi Majeur. Épatant dans le vent géorgien depuis jeudi, le Californien n'a jamais semblé aussi serein et maître de son jeu que cette semaine à Augusta.

Co-leader du Masters après deux tours, Rickie Fowler n'a jamais été aussi près d'empocher un tournoi Majeur. Épatant dans le vent géorgien depuis jeudi, le Californien n'a jamais semblé aussi serein et maître de son jeu que cette semaine à Augusta.Certaines étiquettes peuvent être difficile à décoler. Heureusement, celle de joueur surcôté collant à la casquette de Rickie Fowler, comme un sparadrap sur le doigt du capitain Haddock, a fini par s'envoler. À vrai dire, elle n'aurait sans doute jamais dû exister. Quand l'enquête réalisée auprès des joueurs du PGA Tour qualifiant Fowler de "most overrated player", est sortie en mai 2015 on se pinçait pour y croire.Le Californien sortait alors d'une saison 2014 historique qui l'avait vu enchaîner quatre top 5 en Majeur (5e au Masters, 2e à l'US et au British Opens, 3e du L'USPGA). Une performance seulement réalisée jusque-là par Jack Nicklaus et Tiger Woods, et imitée depuis par Jordan Spieth. Mais Fowler, lui, n'en a remporté aucun.Rickie enfin grandSurcôté, Rickie ne l'est pas resté longtemps. Plantant le Players Championship une semaine à peine après la parution de la fameuse enquête, avant de s'imposer au Deutsche Bank comptant pour les playoffs de la FedExCup en fin de saison 2015. Nouveau membre du Top 10 mondial, l'Américain est désormais attendu à chaque sortie et a eu un petit peu de mal à confirmer en 2016 (cuts ratés au Masters et à l'US, 0 victoire).Mais, cette année, le Fowler version 2015 est de retour. Sur cinq tournois disputés depuis février, le joueur de 28 ans ne fait jamais pire que 16e, prend trois Top 10 et l'emporte même au Honda Classic. De quoi retrouver son statut de favori à l'approche de ce Masters.À l'aise à AugustaCette fois ce statut ne semble pas le troubler. Impressionnant depuis deux jours, Fowler s'en sort même dans le vent géorgien vendredi après-midi. Auteur de la meilleure carte du jour (67, -5), il rentre quatres birdies et un eagle pour un seul petit bogey. Surtout, sur les patinoires d'Augusta National, le n°8 mondial ne prend que 23 putts. Depuis le début de la semaine, il pointe même à la deuxième place au nombre moyen de putt par trou (1,44 contre 1,42 à William McGirt le leader de la stat'). Une donnée révélant autant sa capacité à lire ces greens tortueux, que sa faculté à tenir la balle dans le vent pour planter des fléchettes aux bons endroits fer en main.Le 2e tour de FowlerL'ombre de GarciaÀ -4 après deux tours, Fowler tient les commandes de ce Masters avec trois autres joueurs : Thomas Pieters, Charley Hoffman et surtout Sergio Garcia. Un Espagnol avec lequel il partage pas mal de points communs : une précocité au plus haut niveau, une victoire au Players, un tempérament de showman sur le parcours, une adresse certaine dans des conditions difficiles type British Open, et surtout un chapelet de Top 10 en Majeur sans la moindre victoire à ce niveau...De 10 ans le cadet de l'Espagnol, Fowler a encore tout le temps d'éviter la réputation de joueur maudit collant aux basques d'un Garcia et de ses 22 Top 10 en Majeur. Les deux hommes sont d'ailleurs en position idéale pour y remédier dès cette semaine. Mais si le côté sanguin de Garcia pourrait à nouveau lui jouer des tours, l'attitude sereine de Fowler depuis le début de la semaine et sa maîtrise apparente des éléments frappent déjà. «Le week-end j'essaie de marcher un petit peu plus lentement, de m'assurer que je prends bien mon temps, confirme Fowler. J'ai une tendance à me presser donc j'essaie de freiner mes pensées et ma démarche pour être sûr de bien penser à tout.»Pour la première fois de sa carrière en tête d'un tournoi Majeur, Fowler ne semble pas embarrasé par la situation. «C'est fun de voir mon nom en haut de ces grands leaderboards typiques d'Augusta. J'espère pouvoir rester tout là-haut, j'aime être dans cette position. C'est un peu comme avoir une balle de match.» En maintenant un tel niveau de jeu et cette attitude, Rickie Fowler pourrait bien s'offrir une première veste verte qui semble taillée pour lui cette semaine.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages