Golf - Masters - Scottie Scheffler toujours devant à Augusta, Cameron Smith à ses trousses

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·6 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Avec une troisième carte sous le par (71) en dépit d'une météo exécrable (froid glacial et rafales de vent), le n°1 mondial Scottie Scheffler (-9) tient bon en tête du Masters. Il aborde le dernier tour ce dimanche avec 3 coups d'avance sur l'Australien Cameron Smith (68). Tiger Woods, en grande difficulté sur les greens, est 41e après son pire score en 93 tours à Augusta (78). Le réchauffement climatique fait une petite pause cette semaine en Géorgie et pour ce Masters 2022, on se croirait presque en plein British Open. Sur Magnolia Lane, on n'a pas eu aussi froid depuis 2007 (13°C au mieux, moins la brise) et logiquement, bonnets, cache-cous et caleçon longs étaient de sortie pour ce troisième tour alors que les mains des joueurs passaient leur temps libre dans les poches de leurs pantalons. Un Tigre aux doigts gourds Comme vendredi, le vent a rendu le parcours toujours plus sélectif et c'est Tiger Woods qui s'est enrhumé le premier. « Sans sensation » sur les greens et visiblement à bout d'influx, l'Américain a même raté le trou n°5 à un mètre, pour son premier 4-putts en carrière à Augusta. Ce double-bogey a même été accompagné d'un deuxième, au 18, pour conclure son samedi par un 78 (41e, +7). Soit son pire score en 93 tours sur les terres de Bobby Jones. Même si on ne sait pas encore de quoi le reste de sa saison sera fait, ce Masters mode frigo ouvert lui donne au moins un bon aperçu des réactions de son jeu et de son physique. Ceci à trois mois d'un British Open à Saint-Andrews, qui sera, selon la météo en Écosse, très exigeant pour son corps esquinté. Tiger Woods « Le vent a soufflé toute la journée. Avec le froid en plus, la balle n'allait pas très loin. J'ai trouvé que c'était dur. Je n'ai pas l'impression d'avoir mal frappé la balle, mais j'ai fait quatre fois trois putts et une fois quatre putts » Ça tourbillonne sur l'Amen Corner Si Woods a gelé samedi ses espoirs de top 10, d'autres ont réussi à se mettre en chauffe. Furibard après son 76 de jeudi, relancé le lendemain d'un 67 plus conforme à ses standards, Justin Thomas a lancé sur l'aller un embryon de come-back (birdie 2 et 3). Le suivre sur le crucial passage 10-15 permit de réaliser la difficulté de concevoir un coup à Augusta, où le vent va, vient, ricoche dans les pins et parfois disparaît subitement avant de réapparaître une fois la balle en vol. Comme l'a si bien tweeté le coach et analyste Peter Kostis : « Dans ces conditions, Augusta National requiert de choisir le bon coup, le bon club et, surtout... au bon moment. » lire aussi Le film de la journée de samedi Démonstration avec « JT », qui a réfléchi plus de trois minutes pour déterminer son deuxième coup du 11 (finalement 15m trop court du drapeau) et encore trois minutes au trou suivant pour atteindre le green. Un trou n°12 d'à peine 140m, mais dont le départ exposé aux quatre vents, le tunnel d'air en travers à mi-chemin et le green complètement à l'abri font de ce par 3 le congélateur d'illusion le plus connu de la planète golf. L'eagle de Schwartzel 16h15, l'immanquable tribune du trou n°11 (elle donne aussi sur le 12) donne une petite ovation... au soleil, qui pour la première fois de l'après-midi vient réchauffer les nez humides. Charl Schwartzel réussit alors le coup du jour, pour donner un semblant de fièvre au leaderboard. Au 10, coup de fer de 125m, effet rétro, bingo : eagle pour le Sud-Africain, qui grimpe alors à -6 total. Même coup de chauffe quelques trous plus loin avec Cameron Smith, qui après sa panne de vendredi (76) rappelle par des birdies aux 10, 13 et 15 que l'homme au combo mulet/moustache gagnera sans doute le Masters. Voire d'autres Majeurs tant sa roule de balle au putting est un délice.

Scheffler à l'ordinaire Quelques micro-ondes par-ci par-là, mais rien pour ébranler Scottie Scheffler. Avec sa doudoune sans manches, le n°1 mondial ne s'est certes pas acheté un stock de charisme pendant la nuit, mais son allure presque ordinaire lui confère finalement un capital sympathie certain. Un peu comme si le Texan d'adoption était ce pro de club cool et bonne pâte, avec dedans le jeu complet du tee au green de l'incontestable patron du jeu. Son pas de danse avec le pied droit et son finish à l'arrache quand il tente un draw devient sa signature. Surtout quand il rate son coup, comme au 13 samedi, avec une fin de geste très Saturday Night Fever. lire aussi Cinq choses à savoir sur le n°1 mondial Scottie Scheffler Parti avec cinq coups d'avance (-8), Scheffler aurait pu cryogéniser le tournoi samedi. Et sans ses trois bogeys du retour (sortie de bunker trop longue au 12, 3 putts au 15), on aurait même pu commencer à écrire la nécro de ses poursuivants dès le petit-dèj'du dimanche. Mais avec un jeu devenu plus défensif (on peut le comprendre, sur un parcours où, comme l'a dit Shane Lowry vendredi, « tout peut basculer en un mauvais coup »), ce gentil Scottie a eu la classe de ne pas entamer le dépeçage du tournoi. Son coup de fer du 17 sublime (à 80cm du trou, pour son dernier birdie du jour) ne fait pas oublier son nerveux « snap » final. Un drive raté à gauche dans la pampa, suivi d'un symposium digne du VAR avec le corps arbitral, pour aboutir à un bogey final bien sauvé. Son 71 et son total de -9 redonne un suspens glaçant au dernier tour à venir.

17 Le nombre de birdies réussis par Scottie Scheffler en 54 trous dont 6 sur la seule journée d'hier. Le n°1 mondial est le seul joueur du champ à avoir bouclé les 3 trous sous le par. Avec Smith qui se frise la moustache à -6 et Sungjae Im à -4 (plus quatre autres sous le par total, dont Lowry et Thomas à -2), le triple vainqueur sur le PGA Tour cette saison a donc encore beaucoup de boulot ce dimanche. Et sûrement une nuit compliquée à gérer, avant d'aller tenter de cueillir son premier Grand Chelem à 25 ans. Seul joueur avec trois cartes sous le par cette semaine, Scheffler a certes déjà un bras dans la veste. Mais l'histoire récente du Masters est suffisamment chargée de fissures tardives pour oser lui donner trop tôt ce Masters 2022. Les dernières parties (en heure française) 20 heures : Fleetwood (ANG) et Kokrak (USA).
20h10 : Conners (CAN) et Willett (ANG).
20h20 : Schwartzel (AFS) et Thomas (USA).
20h30 : Im (CDS) et Lowry (IRL).
20h40 : Scheffler (USA) et Smith (AUS). lire aussi Le classement

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles