Golf - Masters - Tiger Woods a « tout très bien fait » ce jeudi au Masters

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Auteur d'un 68 ce jeudi, Tiger Woods démarre idéalement la défense de son titre au Masters. Et ses réactions après ce premier tour font présager de belles choses dans les prochains jours. « Ce 68 inaugural sonnait très juste, est-ce votre sentiment ?
Plutôt oui. J'ai la sensation d'avoir tout fait très bien. J'ai bien drivé, bien putté, mes coups de fers étaient bons. Le seul mauvais coup de cette journée est mon troisième du 8. J'avais la distance parfaite pour mon 60 degrés, mais je me suis trompé. J'aurais juste aimé rentrer un peu plus de putts parce que je les ai tous ratés du côté haut du trou. Et sur ces greens lents car bien mouillés, les balles prennent moins les pentes. Mais je m'attends à des conditions plus habituelles dans les prochains jours. On entend le système SubAir (qui sèche les greens en profondeur) fonctionner à fond. »

Tiger Woods « Comprendre ce parcours est un facteur très important du succès au Masters. Ce n'est pas un hasard si on voit tant d'anciens vainqueurs y performer encore, même en fin de carrière C'est plutôt rare de vous voir démarrer un Masters si fort, à quel point est-ce important ?
C'est cool de poster un score bas d'entrée. Mais pas mal de monde joue bas ce jeudi. Il fallait profiter au maximum de ce genre de conditions. On est obligé d'être agressif, il n'y a aucune raison de ne pas aller chercher un bon paquet de drapeaux quand c'est si humide. Par exemple au 5, il me restait plus de 200m pour le drapeau et mon coup de fer 4 n'a dépassé le green que de quelques centimètres. Ça n'arrive jamais ici normalement. Habituellement à Augusta on cherche à mettre le plus de spin possible (effet arrière), mais ce jeudi il fallait contrôler au maximum la quantité d'effet qu'on imprimait, tant les greens étaient réceptifs. Mais ça va vite changer... 2 Ce n'est que la deuxième fois en 24 apparitions au Masters que Tiger Woods signe 68 le jeudi. Il égale même son meilleur score pour un premier tour à Augusta. Le rough était-il aussi pénalisant qu'il en avait l'air ?
Oh oui le rough est haut, les officiels n'ont pas pu passer les tondeuses vue la météo. Quand on drive dedans et qu'on n'a pas l'herbe à contresens, on peut atteindre les greens et même contrôler la balle. Par contre, si le grain est contre il n'y a aucune chance et il faut s'en remettre à son petit jeu pour sauver les meubles. Êtes-vous surpris de retrouver un tel niveau de jeu ou sentiez-vous les choses revenir dans le bon sens ?
Je crois que c'est surtout ma connaissance de ce parcours qui a été prépondérante. J'ai partagé tant de parties d'entraînement avec d'anciens vainqueurs du Masters. J'ai eu en plus été capable de m'y imposer tôt dans ma carrière et donc de pouvoir revenir chaque année, d'engranger un savoir précieux à chaque édition. Comprendre ce parcours est un facteur très important du succès au Masters. Ce n'est pas un hasard si on voit tant d'anciens vainqueurs y performer encore, même en fin de carrière.