Golf - Masters - Victor Perez : « C'est aussi ça le Masters, un parcours hyper exigeant »

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Après avoir raté le cut (+7 au total), le n°1 français Victor Perez regrettait de ne pas avoir été récompensé de ses bons coups par un parcours réclamant davantage de précision sur les coups de fer et sur les greens. « Que retenez-vous de ces deux tours sans la qualification au bout ?
Déçu, c'est le maître mot de ces deux jours. Le score ne reflète pas du tout mon niveau de jeu. J'étais plutôt bien dans la balle dans l'ensemble, j'ai juste eu des difficultés sur les greens à trouver le momentum (le rythme). J'ai l'impression que je ne tirai pas grand-chose de mes bons coups. Un peu long, un peu court, un peu long, j'ai eu vraiment du mal à être à hauteur des drapeaux avec mes fers. Après ça devient compliqué, c'est de la frustration. Mais voilà ça fait partie du métier. C'est aussi ça le Masters, un parcours hyper exigeant, sur lequel il faut être hyper précis. Beaucoup plus hier (jeudi) encore, qu'aujourd'hui je pense. Là c'était beaucoup plus « scorable ». Ils (les organisateurs) ont fait un super job en rendant les greens un tout petit peu plus softs avec quelques drapeaux un tout petit peu plus accessibles par rapport à la veille. Finalement, cette première expérience du Masters, dans des conditions différentes en novembre dernier, n'a-t-elle pas été trompeuse ?
C'est peut-être un peu le revers de la médaille. En novembre, sur un parcours très soft, j'ai eu une grosse marge d'erreur sur beaucoup de trous. Cette semaine, c'est le Masters que les gens ont l'habitude de voir. Après ce n'est jamais une mauvaise expérience, ni un déficit de l'avoir joué quatre jours en compétition l'année dernière. Mais c'est surtout un parcours sur lequel j'ai beaucoup plus appris cette semaine qu'en novembre. Top 10 au Players et demi-finale au WGC Match-play, ça reste un bilan très satisfaisant...
C'est sûr, il ne faut jamais perdre de vue l'ensemble des deux mois que je viens de passer. C'est un bloc très très positif, et c'est surtout ça qu'il faut retenir. »