Golf - Rétrospective - Morikawa, Rozner, Boutier, Matsuyama... Les moments les plus marquants de 2021 (5/5)

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·4 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Antoine Rozner
    Antoine Rozner
    Golfeur français

Ils et elles ont façonné la saison 2021. Des victoires, des dominations, des tonneaux, des médailles, des larmes ou des succès inattendus ont rempli ces douze derniers mois. Voici en cinq volets les moments les plus marquants de l'année golf.

Collin Morikawa, bientôt n°1
Collin Morikawa était 65e mondial il y a deux ans, 7e l'an dernier et le voici deuxième meilleur joueur au monde, juste derrière Jon Rahm. Le génie issu de l'université de Berkeley a déjà un palmarès bien lesté, avec un deuxième Majeur acquis cette année au Royal Saint-Georges, plus un WGC en début de saison. Une Claret Jug acquise un an après l'USPGA, tournoi qui l'avait définitivement révélé au plus haut niveau.

lire aussi
Morikawa, le golf total

Collin Morikawa est aussi un vrai joueur global, pas seulement performant sur le PGA Tour. Le Californien aux origines nippones est devenu le mois dernier le premier Américain vainqueur de la Race to Dubai, bien aidé par sa victoire à la finale du circuit européen, à Dubaï. Prochaine étape pour le droitier de 24 ans, la place de numéro un mondial. Un Graal qui n'est qu'une question de temps pour le joueur ayant marqué le plus de points au World Golf Ranking cette saison.

Antoine Rozner, acte 2
Une année contrastée pour Antoine Rozner. Certes, il finit n°1 français à la Race to Dubai (44e, devant Victor Perez, 47e) mais malgré sa deuxième victoire sur le Tour, sa saison 2021 a été moins performante que 2020. Avec 17 cuts passés en 21 tournois, le Parisien a affiché quasiment la même constance que l'an passé (18/21) mais ses résultats sont en reculs tant du point de vue du score (70,18 contre 69,81), qu'en place moyenne (46/32) et donc au classement final (46e contre 22e en 2020).

lire aussi
Podcast : Antoine Rozner, les secrets d'un succès

Vainqueur en mars au Qatar, trois mois après son premier succès à Abu Dhabi, Antoine Rozner avait fait naître beaucoup d'espoir avec sa victoire face à Bryson DeChambeau aux Championnats du monde de match-play. La suite de sa saison a été moins brillante qu'espérée avec une 116e place mondiale au classement final 2021 alors qu'il était 63e après son succès au Qatar.

Céline Boutier, le nouveau palier
Céline Boutier a pris une autre dimension cette année. Tout a été enclenché par une nouvelle Solheim Cup pour laquelle la n°1 tricolore devait sa participation à un choix de la capitaine Catriona Matthew. 1,5 point glané et un nouveau succès plus tard avec l'Europe, Céline filait pour le golf du Médoc. Elle y accrochait un premier Lacoste Ladies Open de France à son palmarès sur un ultime putt fou.

lire aussi
Podcast : Céline Boutier, une année de folie

Quelques jours plus tard, nouvelle victoire au ShopRite Classic, cette fois sur le LPGA Tour et devant quelques-unes des meilleures mondiales (Jin Young Ko alors n°2, et Inbee Park n°3). Et pour bien boucler 2021, Céline Boutier signait une 3e place au CME Group Tour Championship là encore des cadors planétaires. Une saison 2021 achevée au 28e rang mondial, son meilleur classement en carrière.

lire aussi
Céline Boutier, la machine à gagner

Hideki Matsuyama et son caddie pliant
Le vainqueur du Masters a tous les ans de grandes chances de figurer dans ce classement des moments les plus marquants d'une saison. Mais, le succès d'Hideki Matsuyama à Augusta en avril dernier résonne dans une tout autre tonalité. Parce qu'il devenait à 29 ans le premier joueur Japonais à empocher un titre du Grand Chelem, devenant à ce titre une sorte de demi-dieu vivant. Parce qu'il s'était construit cinq coups d'avance à l'entame des fatidiques 9 derniers trous de l'Augusta National Golf Club et qu'il n'en avait plus que deux au départ du 18.

lire aussi
Matsuyama, le soleil levant du golf

Mais surtout parce que son caddie, sitôt l'ultime putt enquillé, se tournait respectueusement vers le fairway de cet ultime défi et saluait, bras le long des jambes, un tracé d'Augusta qui venait d'offrir une nouvelle semaine folle d'intensité. Sans aucun doute le geste le plus classe vu cette année.

lire aussi
Podcast : la folie Matsuyama d'après Masters

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles