Golf - Reportage - Partie 2/4 : Sur le parcours avec Levy et Colsaerts

L'Equipe.fr
Couvrir des tournois, c'est habituel. Passer une bonne semaine au plus près des meilleurs, bien en amont de la première grosse épreuve de la saison dans les Émirats, c'est plus rare. Deuxième partie de cette plongée au coeur de l'entraînement de l'élite, sur le parcours avec Nicolas Colsaerts et Alexander Levy.

Couvrir des tournois, c'est habituel. Passer une bonne semaine au plus près des meilleurs, bien en amont de la première grosse épreuve de la saison dans les Émirats, c'est plus rare. Deuxième partie de cette plongée au coeur de l'entraînement de l'élite, sur le parcours avec Nicolas Colsaerts et Alexander Levy. On parle boulot sur le practice, mais l'ambiance est nettement plus décontractée que lors des classiques journées d'entraînement en tournoi. Les joueurs prennent le temps, discutent longuement entre eux, se chambrent allègrement. Comme une vraie sensation de rentrée des classes que Nicolas Colsaerts ne boude pas : «À cette période de l'année, tout le monde est rempli de bonnes vibes. C'est très plaisant de retrouver ces gars avec qui on passe finalement beaucoup de temps. Et puis, ça permet aussi de situer son jeu.»Partie 1/4 : Bourdy in the need for speedLes drives claquentMise en pratique au départ du 1 du Earth Course de Jumeirah. Alexander Levy rejoint son Belge préféré pour quelques trous en cette fin d'après-midi. El Toro est accompagné de son caddie habituel, Tom Ayling, et de son préparateur physique Fabien Lefaucheux. Il arbore même une nouvelle virgule sur ses vêtements, ce que ne manque pas de moquer Colsaerts : «Eh, mais... Tu mets des chaussures fluo, t'as pris un coup de chaud ou quoi ?» Éclat de rire général. Les drives claquent et les voiturettes filent à vive allure sur les fairways désormais presque déserts de Jumeirah. Les ombres s'allongent peu à peu. Mais même en cette fin de journée, les coups sont étudiés avec soin. Pas question de négliger quoi que ce soit même en partie amicale. Alexander Levy confirme : «Le but, c'est vraiment de s'entraîner dans les conditions que je vais retrouver durant les quatre prochaines semaines de tournoi. On est là pour se réveiller ! Je cherche plus spécifiquement du jeu et à me rapprocher d'Abu Dhabi avec un réel esprit de compétition.»Le bon messageLes trous défilent, les cadors jouent vite et les discussions vont bon train sur le driving de Levy. Pourtant puissant et dynamique, le Français prend des mètres devant les missiles presque nonchalants du Belge. Il cherche à forcer son geste et ça ne lui réussit pas. Tom Ayling tente de tempérer son joueur qui s'agace. Mais c'est bien Colsaerts qui parvient à faire entendre raison au Français après un nouveau drive appuyé : «T'as pas besoin de mettre toute ta vie avec ces bêtes-là (il désigne la nouvelle babate de Levy). Cherche juste à faire un swing en rythme et à la mettre en l'air.»Un moment de partage précieux, confirmé par le copilote d'Alexander : «C'est bien que Nicolas puisse lui glisser quelques messages, chuchote Tom Ayling. Ils passent mieux venant de lui. Par son expérience et sa science du jeu, ses paroles sont vraiment impactantes. Quand il a conseillé à Alex non pas d'essayer de se déchirer sur chaque drive, mais au contraire d'optimiser son potentiel, ça a eu du poids. En plus avec son côté grande-gueule et ses façons d'expliquer les choses à la cool, ça passe encore mieux.»Une générosité que Nicolas Colsaerts estime pourtant toute naturelle : «Je m'entraîne souvent avec Alex. De fait, je sais bien quand il est dans le vrai ou pas. Et comme je n'ai pas ma langue dans ma poche, lorsqu'il dit un truc que je trouve un peu à côté, je me permets de lui dire. J'ai quand même un œil qui tient la route, donc je n'ai pas de raison de garder ça pour moi, surtout si ça peut lui être bénéfique. Je le ferais avec n'importe qui d'ailleurs. Et puis, je l'aime bien le petit Levy, il est assez folklorique !» Ça n'empêche pas le Français de prendre quelques nouveaux missiles dans la face, avec clins d'œil amusés de l'intéressé au passage.À suivre...

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages