Golf - US Open - Jon Rahm remporte l'US Open et repasse n°1 mondial

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Jon Rahm a remporté ce dimanche le 121e US Open sur le parcours de Torrey Pines. L'Espagnol enquillait deux birdies sur les deux derniers trous pour souffler à -6 le titre à Louis Oosthuizen d'un coup. Rahm repasse n°1 mondial après ce premier sacre Majeur. L'Espagnol Jon Rahm, qui avait contracté le Covid-19 quinze jours plus tôt, n'en est revenu que plus fort pour remporter à 26 ans le premier tournoi du Grand Chelem de sa carrière, ce dimanche à Torrey Pines (Californie). Un titre glané à la faveur de deux birdies monstrueux sur ses deux derniers trous, qui lui permet en outre de redevenir n°1 mondial. Pourtant, il y a quinze jours, à Dublin (Ohio), Rahm apprenait, désemparé et abattu, son test positif au coronavirus, qui lui coûta la victoire au Memorial Tournament, forcé d'abandonner avant le dernier tour alors qu'il était largement en tête. « Je crois au karma, s'amusait presque Jon Rahm. Après ce qu'il s'est passé, je suis resté positif. Je ne savais pas où ça me mènerait. Puis j'ai pu sortir assez tôt du protocole Covid pour participer à L'US Open, mes parents ont pu venir ici à Torrey Pines qui est un endroit spécial pour moi, les planètes se sont alignées... Je savais que le meilleur était à venir ». C'est en effet sur ce mythique longeant le Pacifique, au nord de San Diego, que Rahm a remporté son premier titre sur le PGA Tour en 2017 (Farmers Invitational). C'est aussi sur les falaises dominant le Pacifique qu'il a fait sa demande en mariage à sa femme Kelley, qui a donné naissance à leur premier enfant, Kepa, début avril. « Tu n'as aucune idée de ce que cela signifie », a-t-il susurré à son fils au moment de célébrer sa victoire. Costaud comme Rahmbo Parti à trois longueurs derrière le leader Louis Oosthuizen, Jon Rahm savait qu'il lui fallait frapper vite et fort. L'Espagnol alignait deux birdies d'entrée aux 1 et 2 avant de concéder son unique erreur du jour au 4 (bogey). Un troisième birdie du jour au 9 (par 5) venait boucler un aller incisif. Mais c'est véritablement dans les ultimes moments de ce dernier tour que Rahm allait fournir un effort décisif. Après sept pars de rang au retour, il parvenait à glisser un putt tout en dévers de plus de 5,5m au 17 pour un birdie retentissant alors qu'il avait trouvé un bunker de fairway du départ. À cet instant Rahmbo recollait au leader Louis Oosthuizen, qui jouait trois groupes derrière.

Mais c'est sur l'ultime par 5 de Torrey Pines, que Jon Rahm allait faire la différence. En deux coups dans le bunker de green, il déposait une sortie de bunker délicate à 5m du trou. Et une fois encore, son putter faisait mouche pour un ultime birdie avec option fist pump et cris bestiaux.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

« J'ai du mal à expliquer ce qui s'est passé, parce que je n'arrive même pas à croire que j'ai entré ces deux derniers putts », analysait l'Espagnol, encore sonné par son tour de force. Lui qui s'est fait surnommer Rahmbo, pour son physique (1,88 m, 100 kg) de costaud, en référence au personnage (John Rambo) de cinéma créé par Sylvester Stallone, a frappé fort au meilleur moment. Oosthuizen encore trop court En pleine baraka sur ce final tonitruant, le natif de Barrika au pays Basque a dû patienter au club-house pour savoir si cette marque finale de 6 sous le par total allait être suffisante. Car la partie n'était pas encore finie pour Louis Oosthuizen, qui se trouvait à quatre trous en amont du parcours. Mais le Sud-Africain de 38 ans n'a jamais réussi à forcer son destin, là où Rahm y est parvenu. Pire, le récent 2e du PGA Championship commettait un bogey fatal au 17, son troisième du jour, qui éteignait ses espoirs de deuxième sacre majeur après le British Open remporté en 2010. Comme en 2015 il échoue à la 2e place (-5), la 3e héritant à l'Américain Harris English (-3). lire aussi Tous les scores de l'US Open 2021 Plus d'infos et réactions à suivre...

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles