Golf - WGC - WGC : Antoine Rozner veut « rester agressif et accrocheur »

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Antoine Rozner dispute cette semaine son premier WGC de match-play en carrière. Le Parisien compte surfer sur sa solide forme du moment et les conseils de Victor Dubuisson pour poursuivre sa route vers les sommets. « Quelles sont vos premières impressions en amont de ce WGC ?
C'est très excitant de me retrouver ici. C'est mon premier WGC, mine de rien le plus gros tournoi de ma carrière pour l'instant. C'est un joli bonus après ma victoire au Qatar il y a quinze jours. Je profite au maximum de cette première expérience au très haut niveau. Pour l'instant c'est très positif, je prends énormément de plaisir dans les parties d'entraînement. On imagine votre confiance au plus haut après ce succès au Qatar, est-ce un réel plus cette semaine ?
Les semaines sont très différentes. Ce n'est jamais facile de revenir après une victoire. Il faut repartir complètement à zéro et ça tombe bien parce que le match-play est une formule où on repart chaque jour à zéro avec un adversaire différent. Si je garde la même attitude qu'il y a deux semaines, si je parviens à rester agressif et accrocheur comme je l'ai été au Qatar, je peux faire une belle semaine. Antoine Rozner « Le match-play est une formule que j'apprécie et j'ai hâte de savoir ce que je peux réaliser cette semaine » Quel genre de joueur de match-play êtes-vous ?
Je me débrouille pas mal (sourire). Quand j'étais amateur, j'ai pris part à énormément de tournois en match-play en Europe. J'ai remporté le Championnat de France amateur de la spécialité deux fois, j'ai pris part à la Palmer Cup et je m'étais plutôt bien débrouillé. Le match-play est une formule que j'apprécie et j'ai hâte de savoir ce que je peux réaliser cette semaine. lire aussi Antoine Rozner, guide de luxe pour Journal du Golf Votre attitude sera-t-elle différente, cette semaine, d'un tournoi classique en stroke-play ?
Je ne suis pas certain qu'il y aura une si grande différence. J'en parlais la semaine passée avec Victor Dubuisson, je lui demandais comment il s'y était pris pour performer comme il l'avait fait il y a quelques années. Et sa réponse a été simple : il a fait comme s'il jouait en stroke-play. Il cherchait à éviter au maximum les erreurs, à ne laisser aucun point au parcours. Je pense que c'est une bonne façon d'aborder la chose pour moi cette semaine. Quelle sera à vos yeux la clé d'une bonne semaine dans ce WGC ?
Ne pas donner le moindre trou. Me battre le plus possible, ne rien lâcher, voilà ce qu'il va falloir faire. »