Le GP de Belgique pourra être organisé à huis clos en août

Fabien Gaillard
motorsport.com

L'information vient de Vanessa Maes, directrice générale de Spa Grand Prix, et dissipe donc une partie des doutes qui pesaient sur la manche belge du Championnat du monde 2020, si celui-ci venait à finalement avoir lieu. En effet, dans la dernière version du brouillon de calendrier dont Motorsport.com avait pu prendre connaissance, le maintien de Spa à sa date initiale, à savoir du 28 au 30 août, posait la question de l'articulation de l'épreuve avec l'interdiction des événements qui courait jusqu'au 1er septembre.

Cet obstacle est donc levé puisque les autorités politiques ont donné leur feu vert. "La santé reste bien sûr notre priorité et nous resterons attentifs à l'évolution de la crise sanitaire", a déclaré Vanessa Maes pour le site DH.be. "Mais ce matin, nous avons reçu le feu vert du fédéral pour organiser le GP de Belgique à huis clos le week-end du 30 août. La Région Wallonne nous a également donné son go, tandis que nous avions déjà anticipé les discussions avec les dirigeants de Liberty Media avec lesquels nous avons un accord de principe."

"Nous vous donnerons les modalités en temps voulu, mais Francorchamps figurera donc bien au calendrier 2020 qui sera divulgué prochainement et nous sommes ravis de pouvoir accueillir la F1, avec toutes les mesures de sécurité nécessaires, dans trois mois et demi."

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Lire aussi :

McLaren envisage d'hypothéquer des F1 historiques pour lever des fonds

Il reste ainsi des étapes essentielles à passer avant de pouvoir garantir qu'il y aura bien un Grand Prix de Belgique en 2020. En effet, sans spectateurs, il est évidemment impensable que l'accord de base, prévoyant le paiement substantiel de droits d'entrée, soit maintenu dans les mêmes conditions financières et donc la négociation avec Liberty Media sur ce volet va devoir aboutir, même si l'accord de principe évoqué semble aller dans la bonne direction.

Reste que l'édifice tout entier repose sur les sables mouvants de la situation liée à la pandémie de COVID-19 elle-même, surtout à l'heure où la plupart des pays européens commencent à déconfiner leur population pour tenter de faire repartir leur vie économique, ce qui pourrait potentiellement ouvrir la voie à une seconde vague et remettre ces avancées en cause. Et même si la situation reste maîtrisée sur ce plan, la F1 a promis la mise en place de mesures strictes visant à contrôler le paddock et limiter tous les risques.

En pratique, des questions se posent sur l'organisation et les précautions à prendre même si la position de la Belgique, à savoir en fin de saison européenne, pourrait permettre de bénéficier de l'expérience accumulée lors des courses précédentes, qui devraient débuter au mois de juillet. Quoi qu'il en soit, tous les scénarios restent envisagés, et même celui de devoir renoncer au Grand Prix en cas de résurgence intense de la pandémie.

Peu de temps après la parution de cet article, un communiqué officiel du circuit de Spa sur la réouverture partielle du tracé a indiqué : Toutefois, les deux autorisations ne sont valables qu’à la condition de respecter strictement les mesures de distanciation entre personnes et les mesures d’hygiène et sanitaires."

À lire aussi