Le GP de Hongrie ouvert "à toutes sortes de solutions"

Basile Davoine
motorsport.com

Les organisateurs du Grand Prix de Hongrie insistent sur deux points alors que la crise du coronavirus ne cesse de remettre en question le calendrier de la Formule 1 : leur intention de se conformer à la date initiale du 2 août mais aussi la souplesse dont ils peuvent faire preuve si nécessaire. Si la F1 peut s'en tenir au plan esquissé en début de semaine, le rendez-vous de Budapest deviendrait théoriquement le troisième du calendrier alternatif, après Spielberg et Silverstone. En cas de doubles manches en juillet, il s'agirait même du cinquième Grand Prix de la saison 2020.

Lire aussi :

Barcelone prêt à organiser un GP quand la F1 le voudraLe Royaume-Uni n'oublie pas le sport, Silverstone garde espoir

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

"Nous sommes quotidiennement en contact avec le détenteur des droits", explique à Motorsport.com Zsolt Gyulay, directeur du Hungaroring. "Liberty sait que nous sommes ouverts à toutes sortes de solutions, et nous sommes prêts pour organiser le Grand Prix. La manière dont cela va se passer est clairement hors de notre contrôle et cela dépend de la situation dans laquelle se trouve le pays. Nous attendons le relâchement des mesures [de confinement] et de voir comment la vie va reprendre son cours. Tous comme les Autrichiens et les Britanniques l'ont confirmé, nous sommes pleinement engagés pour lancer la saison de F1."

"Nous avons discuté de l'option d'une course à huis clos, mais ce protocole est encore en cours de développement pour l'Autriche. S'il a été développé, nous nous conformerons certainement aussi à la réglementation. Bien sûr, beaucoup de choses dépendent également des règles gouvernementales. Néanmoins une chose est sûre, pour le gouvernement comme pour le Hungaroring, il est très important d'organiser le Grand Prix de Hongrie."

"Il y a deux options", décrit-il. "La première est d'organiser une course à huis clos, comme en Autriche. Cela signifierait assurément une énorme perte pour le promoteur. La deuxième option est d'organiser le Grand Prix avec du public, ce pour quoi nous avons 35 ans d'expérience. L'année dernière, nous avons battu le record d'affluence, et en se basant sur les préventes, un chiffre similaire était attendu pour l'édition de cette année. Bien sûr, les ventes de billets ont été stoppées depuis le début de l'épidémie de coronavirus et nous devons nous adapter à la nouvelle situation. Même si l'utilisation du circuit est suspendue pour le moment, nous continuons la maintenance et nous sommes préparés pour que le Grand Prix de Hongrie se tienne le 2 août."

Interrogé sur les discussions en cours et sur les alternatives envisagées, l'emplacement de la manche hongroise n'a, pour l'heure, pas été questionné. "Pour l'instant, aucune autre date n'a émergé", assure Zsolt Gyulay, qui explique également que la possibilité de faire deux courses n'a pas non plus été mise sur la table. "Il est trop tôt pour en parler car les négociations ne sont pas encore rendues à ce point", précise-t-il. "Le circuit est adapté à l'organisation de deux courses consécutives. De plus, le pays en bénéficierait d'un point de vue touristique ou économique si les équipes passaient deux semaines en Hongrie."

Propos recueillis par Adam Cooper  

À lire aussi