Grégory Alldritt après La Rochelle - Toulouse : « Notre public méritait de retrouver la victoire »

Grégory Alldritt ce samedi lors de la victoire de La Rochelle contre Toulouse. (J.-M. Hervio/L'Équipe)

La Rochelle a mis fin à une série de huit défaites consécutives face à Toulouse, largement dominé à Marcel-Deflandre samedi soir (30-7). Les Maritimes étaient surtout heureux de retrouver la victoire à domicile.

Grégory Alldritt, troisième-ligne et capitaine de La Rochelle, au micro de Canal+ après la victoire contre le Stade Toulousain (30-7) : « C'est ma première victoire contre Toulouse donc bien sûr que ça fait plaisir. Mais on voulait surtout regagner ici dans notre stade, devant nos supporters. On a fait deux faux pas à Deflandre (contre Pau et Bordeaux) qui nous ont fait mal et notre public méritait de retrouver la victoire. Il fallait se rassurer avant la Coupe d'Europe, c'est important de gagner ces matches de gala. Mais entre nous, à la fin, on s'est bien dit de ne pas s'emballer, on a gagné à domicile face à Toulouse mais on n'est pas champion de France.

Les conditions météo ont fait qu'on a beaucoup insisté devant mais on a réussi quand même à produire un peu de jeu. Le mot d'ordre de la semaine, c'était de prendre l'initiative, se faire plaisir, faire les choses à 100 %. On a trop joué sur la retenue, notamment contre Bordeaux il y a quinze jours (8-12), on avait fini le match très frustré, avec beaucoup de regrets.

Là, ce (samedi) soir, on voulait tout donner, montrer la meilleure attitude possible. Contre Toulouse, on avait souvent des problèmes de réalisme, donc un des mots d'ordre ce (samedi) soir, c'était aussi de concrétiser nos temps forts. Contre eux, on cherchait souvent la mêlée de trop, la touche de trop et on l'avait payé cher. Donc on a pris les points dès qu'on pouvait et on a fait les choses dans l'ordre. »

Teddy Thomas, ailier de La Rochelle, au micro de Canal+ : « On aurait bien aimé aller chercher le bonus offensif mais on a été trop imprécis. Il ne faut pas oublier qu'on a essuyé deux revers à domicile récemment donc c'était la moindre des choses de gagner le match, peu importe la manière. Ça n'a pas été du beau rugby, ça s'est énormément passé devant, les avants ont fait un énorme boulot, on les remercie. Mais il faudra faire plus à l'avenir.

(Sur la Coupe d'Europe) Ça s'est bien goupillé au début mais le plus important, c'est la fin. On reçoit l'Ulster le week-end prochain, ils vont vouloir effacer la défaite de l'aller (29-36). Je ne sais pas si ça va être du beau rugby encore (rires) mais nous, ce qui importe, c'est de gagner. La manière, on verra par la suite. »

Ronan O'Gara, entraîneur de La Rochelle : « C'est un privilège d'être l'entraîneur d'une équipe avec un tel public. Il n'y en a pas d'autre comme ça en France, peut-être à Bayonne. Même avant le match, il y avait une ambiance spéciale dans l'air. Ça devait arriver un jour (de battre Toulouse), c'est arrivé ce soir. C'était nécessaire, mais j'avais confiance. On a bien construit le match, on a fait le nécessaire contre une équipe de Toulouse qui espérait faire quelque chose si on avait été moins bien. Le groupe a été soudé et a montré beaucoup de maturité. Ce soir, on fait un match propre, une performance normale. On va avoir de plus grands défis à l'avenir. »

Arthur Retière, ailier de Toulouse, au micro de Canal+ : « Rien à dire, ç'a été compliqué tout le match avec une première période assez dure. On avait un peu plus le ballon en deuxième et on a réussi à marquer. Ça a été compliqué... Il faut retourner au travail la semaine prochaine pour la Coupe d'Europe. »

Ugo Mola, entraîneur de Toulouse : « Tu ne peux pas jouer au rugby si tu n'as pas de conquête. On a été trop déficient dans ce secteur et on n'a pas su trouver les solutions collectivement. On a voulu tester de jeunes joueurs, avec tout de même des cadres autour, et ils ont pu se rendre compte de la marche qu'il y avait face aux champions d'Europe. Et c'est un moindre mal. Si j'étais l'entraîneur de La Rochelle, je me demanderais comment on n'a pas pris le point de bonus. C'est une anomalie. La campagne européenne était peut-être déjà un peu trop dans nos têtes. C'est un match à oublier, une piqûre de rappel. Il faut passer à autre chose. »