Grégory Patat (Bayonne) : « D'énormes regrets » après la défaite à Montpellier

Grégory Patat, manager de Bayonne. (N. Luttiau/L'Équipe)

Alors que Montpellier a pris un rouge dès la 5e minute, Bayonne n'a pas su en profiter et s'est finalement lourdement incliné (35-14), la faute à une fin de match ratée.

Grégory Patat, manager de Bayonne, après la défaite à Montpellier (35-14) : « Le scénario du match change quand on prend ce jaune (contre Rémy Baget à la 64e) et beaucoup de points derrière. Il y a d'énormes regrets, il y avait quelque chose à ramener d'ici. Le plus dur, c'est que ça vient de nos initiatives, notamment ce ballon qu'on joue avant la mi-temps et où on se fait contrer. C'était longtemps du 50-50 et quand on prend cet essai pour être mené à 23-14, avec le carton jaune de Rémy, on n'y croit plus. Alors qu'on y croyait jusque-là. Avant, on était dans les clous.

Offensivement, je nous ai trouvés très stérile, jouer à 15 contre 14 nous fait surjouer je pense. Il y a des opportunités qu'on n'a pas saisies, on n'a pas assez joué derrière eux pour aller dans les zones de marque. Alos qu'eux, à 14 contre 14, ils ont bien joué au pied pour nous faire mal. Ils ont plus de vécu en commun et d'expérience pour exploiter ce scénario. On n'a pas assez utilisé le jeu au pied alors qu'on avait demandé plus d'alternance. À 15 contre 14, on a cru qu'on pouvait faire autre chose et on a pris le retour de bâton. »

lire aussi : Le film de Montpellier-Bayonne

Yann David, centre de Bayonne : « On a plutôt montré un bon visage sur la première partie du match, mais il faut serrer les dents plus longtemps. On fait quelques petites erreurs qui coûtent cher et le match nous file entre les doigts. Il faut qu'on soit plus précis, plus disciplinés. La moindre erreur de placement s'est payée cash. Il faut arriver à tenir sur 80 minutes. On voit ce qui nous reste à gravir comme échelon. On doit faire plus avec plus de constance sur tout le match. Jouer contre une équipe qui prend vite un rouge n'est pas forcément un avantage, ils se sont resserrés et n'ont pas lâché. On savait que ça allait être un match compliqué, ça l'a été. »

Denis Marchois, deuxième-ligne et capitaine de Bayonne : « Sur les 20 dernières minutes, on retombe dans nos travers à l'extérieur, comme à Toulon, comme à Castres. On fait un bon match jusqu'à l'heure de jeu et le score est lourd. Les défaites encourageantes, ça va deux minutes... Il y avait la place pour une belle performance ici, on n'a pas saisi l'occasion. Peut-être qu'on a payé sur la fin les efforts de la première période où on s'épuise à beaucoup attaquer. Mais ça ne justifie pas de lâcher comme ça. Malgré son carton rouge, Montpellier a tenu son rythme. Quand on voit la tournure du match, on doit au moins prendre un point. »

lire aussi : Le classement du Top 14