Grace Geyoro, milieu des Bleues, à propos des Pays-Bas : « Un peu le même jeu que nous »

Grace Geyoro, milieu des Bleues, à propos des Pays-Bas : « Un peu le même jeu que nous »

Pas trop affectées par le nul concédé face à l'Islande (1-1), Grace Geyoro et les Bleues ont commencé à se projeter vers leur quart de finale contre les Pays-Bas, tenantes du titre, samedi (21 heures).

Quelques minutes après le penalty de l'Islandaise Brynjarsdottir qui a empêché les Bleues d'enchaîner une 17e victoire d'affilée et d'égaler une série record, lundi, les Françaises ont débarqué dans la zone mixte du New York Stadium. Manifestement, la déception de ce match nul (1-1) n'était pas trop grande et les esprits étaient déjà tournés vers le quart de finale face aux Pays-Bas, tenantes du titre, samedi, à Rotherham. Sandie Toletti, titulaire pour la deuxième fois, a déboulé en premier : « C'est un peu rageant, a-t-elle glissé. Mais on est qualifiées, il faut qu'on pense déjà au match prochain. »

Clara Mateo, qui a réussi sa deuxième passe décisive de la compétition, n'a pas la déception trop virulente non-plus : « On reste un peu sur notre faim, dit la joueuse du PFC. On savait avant le match que la qualification était acquise. On avait forcément à coeur de gagner. Mais ce n'est pas toujours le cas. »

Wendie Renard souhaite aussi profiter des cinq jours avant le quart pour gommer les imperfections constatées face à l'Islande. « Le but qu'on prend est rageant, a souligné la capitaine. C'est frustrant. Il ne faut pas oublier ce qu'on a fait de bien, mais on va aussi voir les choses qu'on n'a pas bien faites à la vidéo pour ne pas recommencer les mêmes erreurs. »

Une équipe bien connue des Françaises

Très vite, la conversation a dévié vers les Pays-Bas, une équipe que les Bleues connaissent bien puisqu'elles se sont affrontées deux fois en deux ans au Tournoi de France (3-3, 3-1). « C'est une équipe qu'on croise souvent, a confirmé Sandie Toletti. Ce sont des joueuses qu'on connaît, une grosse équipe. » La Parisienne Grace Geyoro a poussé un peu plus loin l'analyse et vu des points communs entre les deux équipes : « C'est une très grande nation, elles sont championnes d'Europe, on sait que ça va être un match très serré, a-t-elle expliqué. Elles ont des joueuses de notre profil, un petit peu le même jeu que nous. Ça va être à nous d'arriver à les contrer sur leurs forces. À nous aussi de pouvoir jouer avec nos qualités. »

lire aussi

Les Bleues entre doutes et certitudes

Selma Bacha, très à l'aise sur le terrain pour sa première titularisation de la compétition, s'attend aussi à un rendez-vous difficile : « C'est une équipe qu'on a beaucoup regardée, a-t-elle confié. C'est une équipe athlétique, à l'aise techniquement. Les Néerlandaises sont très présentes au duel, très agressives. Je connais très bien deux joueuses, Daniëlle van de Donk et Damaris Egurrola. »

Pour Clara Mateo, qui a idéalement lancé Melvine Malard et les Bleues dès la 43e seconde, l'entame de match sera importante : « Il faudra qu'on commence cette rencontre comme on a pu les commencer à chaque fois ici, a raconté la joueuse du PFC. On arrive à être assez intenses dès le début. L'idée est vraiment d'essayer de garder ce rythme jusqu'à la 90e. »

Wendie Renard, capitaine des Bleues.

« On sait qu'on va nous rabâcher qu'on s'arrête toujours aux quarts. Il ne faut pas faire de focus là-dessus. »

Les Bleues s'attendent aussi à un environnement très favorable aux Néerlandaises, dont les supporters se déplacent toujours en masse. « On connaît les Pays-Bas, ils sont toujours très nombreux en tribunes, a dit la capitaine des Bleues. Mais quand les supporters sont contre nous, on aime ça. Et on va aussi entendre nos supporters. »

Pour la Lyonnaise, qui était là lors des cinq quarts de finale perdus par l'équipe de France depuis 2012, la possibilité de briser ce fameux plafond de verre est réelle. « La confiance est là, a-t-elle confirmé. Il va falloir être efficaces dans les deux surfaces et bien exploiter les situations pour tuer le match. On sait qu'on va nous rabâcher qu'on s'arrête toujours aux quarts. Il ne faut pas faire de focus là-dessus. Les Pays-Bas sont une très belle nation mais il faut voir les faiblesses de cette équipe pour pouvoir les exploiter. »

lire aussi

Toute l'actualité de l'Euro 2022

La Suède soulagée d'éviter la France

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles