Graham Arnold (Australie) : « Triste et déçu pour Benzema »

Graham Arnold croit en les chances de son équipe contre la France. (Mohamed Farag/Getty images via afp)

Graham Arnold, sélectionneur de l'Australie, premier adversaire des Bleus mardi soir (20 heures), regrette de ne pas pouvoir faire face à Karim Benzema après sa saison fantastique.

« Comment se porte votre équipe ?
Cela nous a pris quatre ans et demi pour arriver jusqu'ici. On a vu le match d'ouverture (Qatar-Equateur, 0-2, dimanche) et cela a motivé tout le monde. On a hâte de débuter. Les garçons sont extrêmement détendus. Ils savent exactement à quoi s'attendre.

lire aussi : Un fiasco en guise d'ouverture pour le Qatar

Avez-vous déjà arrêté votre onze de départ contre la France ?
Oui. Je suis à onze dans ma tête. Je sais quels sont les joueurs qui seront les titulaires. Le plus important, ce sont les messages que j'ai partagés avec eux depuis notre arrivée. Il faut se concentrer sur nous, veiller à assumer notre rôle, et arriver avec suffisamment d'énergie pour réussir une bonne performance.

Comment vont votre défenseur central Harry Souttar et votre milieu de terrain, Ajdin Hrustic ?
Ajdin (Hrustic) s'est entraîné hier, mais il va commencer sur le banc, contre la France. Harry (Souttar) est en forme et apte pour commencer le match. À l'image de l'équipe.

Comment avez-vous vécu le forfait de votre attaquant Martin Boyle (blessé au genou) ?
Sa blessure a été un coup dur mais on a Marco Tilio et c'est une bonne opportunité pour lui.

À propos de blessures, ont-elles affaibli la France ?
Bien sûr, elle vit une situation particulière. On respecte cette équipe mais on veut d'abord se concentrer sur le plus important : la qualité de notre jeu. Il ne faut pas non plus se focaliser sur l'envie de gagner de nouveau un match en Coupe du monde, mais soutenir et accompagner les joueurs pour qu'ils accomplissent leur rêve. S'ils y arrivent, je l'aurai exaucé aussi.

lire aussi : Toute l'actualité du Mondial

Comment gérez-vous le fait que les deux tiers des joueurs qui composent votre groupe débutent en Coupe du monde ?
Les joueurs m'ont impressionné durant les JO (de Tokyo, en 2021). Ils sont courageux et rien ne les affecte. Ils sont jeunes et amènent une grande énergie. Et les plus expérimentés leur apportent leur soutien.

Cela vous étonne-t-il d'apprendre qu'Ibrahima Konaté a déclaré hier qu'il ne connaissait pas les joueurs Australiens ?
Il pourrait regarder le nom des titulaires. C'est son point de vue et le travail de mes joueurs, c'est d'aller sur le terrain, de montrer qui ils sont. Cela peut changer leur vie. Ils doivent penser à Martin Boyle qui s'est blessé et n'aura pas la chance de jouer.

Le forfait de Karim Benzema changera-t-il la donne face à la France ?
Je suis déçu qu'il ne joue pas car c'est une expérience fantastique de jouer contre le meilleur joueur du monde. Il mérite d'être le meilleur joueur de l'année et c'est triste qu'il ne puisse pas jouer.

Comment se prépare-t-on à affronter Kylian Mbappé ?
Les joueurs voient les images et les analyses individuelles des joueurs. L'idée, c'est qu'on va jouer contre dix maillots bleus. Pas seulement contre un seul joueur.

lire aussi : Kylian Mbappé de nouveau au centre de l'attention chez les Bleus

En étant réaliste, comment l'Australie peut-elle jouer pour battre les Champions du monde ?
Il s'agit de croire en nous, d'être concentrés et d'avoir confiance. »