Gregg Berhalter veut rester sélectionneur des États-Unis malgré la tourmente

Au Mondial, Gregg Berhalter et la Team USA ont été éliminés en huitièmes de finale par les Pays Bas. (P. Lahalle/L'Équipe)

Mis en retrait de son poste de sélectionneur par la Fédération américaine pour une ancienne affaire de violence conjugale, Gregg Berhalter veut malgré tout conserver son poste.

Quelques jours après l'exhumation d'une histoire de violence conjugale vieille de 30 ans, la Fédération américaine (US Soccer) a décidé de mettre Gregg Berhalter provisoirement en retrait. Au lendemain de cette décision, le sélectionneur, dont le contrat avec l'équipe a expiré le 31 décembre, a confié à la Harvard Business Review son souhait de rester en poste malgré l'enquête.

L'affaire en question avait été révélée par les parents de Giovanni Reyna, Danielle et Claudio, ancien capitaine de Team USA et actuel directeur sportif du club d'Austin. Ils sont furieux que leur fils ait été publiquement critiqué après le Mondial au Qatar (élimination par les Pays-Bas en huitièmes, 1-3) après avoir été désigné remplaçant avant la compétition.

Berhalter reconnaît les faits et dénonce un chantageLe sélectionneur avait de son côté dénoncé un chantage, tout en reconnaissant avoir donné un coup de pied à sa petite amie Rosalind alors qu'il avait 18 ans, lors d'une dispute en 1991. Depuis, le couple s'est marié, a élevé quatre enfants et vit toujours ensemble. Berhalter a affirmé avoir consulté un psychologue après l'incident, et n'avoir plus jamais été violent par la suite : « Les événements de cette nuit il y a 31 ans et les leçons qui en ont été tirées ont jeté les bases de notre relation pour aller de l'avant ».

Concernant ses fonctions, le technicien a affirmé : « Lorsque nous avons commencé en 2018, nous voulions changer la façon dont le monde perçoit le football américain. Et je pense que lorsque vous posez des questions au monde entier sur notre équipe, le monde nous voit sous un jour complètement différent. Mais maintenant, il s'agit de pouvoir franchir la prochaine étape, et cette prochaine étape consiste à faire quelque chose qu'aucune équipe américaine n'a jamais fait, accéder aux demi-finales et voir ce qui se passe ensuite. Il y a donc beaucoup de grands défis à relever et bien sûr, j'aimerais poursuivre ma mission. »

La sélection a été confiée à son adjoint Anthony Hudson. Il sera aux commandes pour le stage prévu en janvier, avant des matches amicaux contre la Serbie le 25 et la Colombie le 28.

lire aussi : États-Unis : Des progrès encore insuffisants

.