Grenoble, un partenariat bienvenu avec Lausanne en vue de la Ligue des champions

Prêté par Lausanne, l'international français Floran Douay (ici sous le maillot des Bleus) va faire bénéficier Grenoble de son expérience du très relevé Championnat de Suisse. (N. Luttiau/L'Équipe)

Les Brûleurs de Loups de Grenoble, qui entament la Ligue des champions ce jeudi contre Berlin, se sont renforcés avec le prêt de deux joueurs de Lausanne, dans le cadre d'un nouveau partenariat avec le club suisse.

Pour Grenoble, la route de l'Europe passe par la Suisse. Alors qu'il retrouve la Ligue des champions après deux ans d'absence, ce jeudi (20h15) contre Berlin, le champion de France vient d'annoncer la signature d'un accord de collaboration avec le Lausanne HC, club du puissant Championnat de Suisse, l'un des plus relevés d'Europe. « Pour les Brûleurs de Loups (le surnom du club isérois), c'est une grande fierté de pouvoir associer notre nom à l'un des plus grands clubs de hockey de Suisse », indiquait le communiqué officiel.

lire aussi
Grenoble face à une montagne

Conséquence immédiate, les champions de France récupèrent deux attaquants prêtés par leurs nouveaux amis du lac Léman : l'international français Floran Douay (1,90 m, 27 ans) et le Suisse Makai Holdener (1,83 m, 25 ans). Les deux joueurs seront isérois pour au moins six semaines, tant que le club sera en course en Ligue des champions. « Floran va nous apporter sa vitesse et son expérience dans un grand Championnat, et donc de la lucidité, j'espère, pour garder le palet quand il le faut. Makai, lui, est un patineur impressionnant avec une bonne compréhension du jeu, qui correspond bien à notre style », apprécie Jyrki Aho, l'entraîneur finlandais des Brûleurs de Loups.

Alors que Lausanne dispose d'un effectif pléthorique d'une quarantaine de joueurs (dont deux autres Français, Tim Bozon et le jeune Paulin Mainot), les deux joueurs prêtés pourront bénéficier d'un meilleur temps de jeu à haut niveau, avec les six matches de Coupe d'Europe en plus de la Ligue Magnus.

Le partenariat porte principalement sur la formation des jeunes. Les deux clubs ne boxent pas dans la même catégorie, à l'image de leurs Championnats. Le budget de Grenoble, le plus important de Ligue Magnus (5,2 M€), ne représente même pas le tiers de celui de Lausanne (estimé à 18 millions d'euros en 2019).

« En termes de "marché", pour employer un mot barbare, Lausanne est un peu le grand frère, observe Cristobal Huet, l'ancien gardien vedette de l'équipe de France qui coache désormais les gardiens lausannois. Mais ils savent ici que Grenoble fait du très bon boulot chez les pros et encore plus chez les jeunes, et que les échanges d'information peuvent être intéressants. »

Né à Grenoble où il a débuté sa glorieuse carrière avant de l'achever à Lausanne après son passage en NHL, Huet a évidemment largement facilité les contacts entre les dirigeants des deux clubs. Quand Jacques Reboh, le président isérois, a sollicité ses homologues helvètes, il n'a pas été regardé de haut.

Des matches amicaux des moins de 15 ans aux pros
Il y a une logique géographique et culturelle, entre deux villes francophones distantes de 200 km à peine. Dès cet été, des matches amicaux ont opposé les deux clubs dans toute une série de catégories d'âge, des moins de 15 ans aux pros.

« On se retrouvera pour trois à quatre matches dans l'année, précise Edo Terglav, l'entraîneur des moins de 20 ans grenoblois. C'est bien pour nos jeunes de se mettre un peu plus en difficulté et de voir autre chose que la France. » Entre autres projets, les deux partenaires envisagent de créer un tournoi estival de haut niveau avec d'autres clubs européens.