Quand Griezmann déclenchait une guerre entre la Real Sociedad et l'Atlético

SO FOOT

Des rayures bleues jusqu'à celles en rouge, il n'y a qu'un pas. Ou plutôt, quelques centaines de kilomètres. Cette distance qui sépare le stade d'Anoeta de son homologue madrilène du Vicente-Calderón, Antoine Griezmann la franchit sitôt le Mondial brésilien terminé. Contre une trentaine de millions d'euros, il offre alors au peuple des bords du Manzanares une série de selfies et de sourires en coin qui, en plus de rassurer le service marketing des Colchoneros, permet au Cholo Simeone de se doter d'une arme bientôt létale. Cette histoire quasi féérique, tout le monde la connaît des deux côtés des Pyrénées. A contrario de celle qui, trois ans plus tôt, contraint le Français à rester à San Sebastián malgré une envie persistante de s'exiler dans la capitale castillane. Cet épisode, dorénavant rangé aux oubliettes, renvoie le natif de Mâcon vers une période tumultueuse, où agent et argent ne font pas bon ménage. Un temps…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com


En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages