Griezmann et Huawei : les sportifs peuvent-ils vraiment faire trembler leur(s) sponsor(s) ?

Guillaume Poisson
·1 min de lecture

"Suite aux forts soupçons selon lesquels l'entreprise Huawei aurait contribué au développement d'une alerte Ouïghour grâce à un logiciel de reconnaissance faciale, j'annonce que je mets un terme immédiat à mon partenariat me liant à cette société". Antoine Griezmann a tapé très fort sur la table des négociations avec son sponsor Huawei le 10 décembre dernier, quitte à la briser en mille morceaux. Le Français était l’ambassadeur de la marque chinoise en France et en Europe depuis quatre ans. Elle fera désormais sans le Français. Mais est-ce vraiment un problème pour la marque de téléphonie mobile ? Plus globalement, à quoi servent de tels gestes de la part des sportifs ?

Un de perdu, dix de retrouvés ?

Le champion du monde français a été très clair sur l’objectif politique de sa démarche, puisqu’il a explicitement appelé Huawei à "ne pas se contenter de nier ces accusations mais à engager au plus vite des actions concrètes pour condamner cette répression de masse" de la minorité ouïghoure "et user de son influence pour contribuer au respect des droits de l'Homme et de la Femme au sein de la société". Griezmann peut-il vraiment user de son influence pour infléchir la politique de...

Lire la suite sur France tv sport

A lire aussi